QPR - Transfert : Barton ne va jamais oublier ce que l'OM a fait pour lui !

Publié le 03 octobre 2013 à 12:59

Joey Barton, le bad boy du football anglais était dans notre championnat la saison dernière du côté de l'OM. Même s'il n'a pas été le vilain garçon redouté en Premier League, mis à part ses échanges houleux sur Twitter avec Pierre Ménès, Thiago Silva et Neymar, le britannique a été un joueur presque ordinaire avec du talent en plus.

Lorsqu'il confiait son envie de revenir dans la cité phocéenne, le milieu de terrain ne faisait pas de cinéma. Il a expliqué la situation de son transfert manqué vers l’OM dans les colonnes du quotidien L'Equipe, en disant : "J’étais optimiste, au départ. Ici, j’avais eu de gros problèmes avec l’ancien manager (Mark Hughes) avant de partir pour Marseille, et quand je suis revenu cet été, la situation était très difficile, le club venait d’être relégué et devait vendre des joueurs. Donc, j’étais confiant. Je me suis dit : “Je vais bosser à l’entraînement, je vais me faire discret, et à la fin je repartirai pour Marseille et tout ira bien."

"Mais je n’oublierai jamais ce que Marseille a fait pour moi"

Seulement, rien ne se passera comme le prévoyait Barton qui y croyait pourtant très fort : "Oui, parce qu’on avait un accord avec l’OM. Et j’avais aussi parlé avec Harry (Redknapp, son entraîneur). Il m’avait dit qu’il comprenait pourquoi je voulais repartir et qu’il ne m’en empêcherait pas.

Mais ensuite, le président de QPR(Tony Fernandes) a refusé de me laisser libre (il a encore deux ans de contrat). Il a demandé à Marseille de payer une indemnité de transfert, et ça n’était pas possible. L’accord, tacite, c’est que je devais arriver libre. Tout d’un coup, QPR voulait des sous. Et je comprends très bien pourquoi l’OM n’a pas payé pour me prendre.

J’ai trente et un ans, je ne suis pas tout jeune, j’ai un certain salaire et, en plus, payer une indemnité pour un vieux comme moi, ça faisait beaucoup. Je sais que l’OM n’a pas la situation financière de Paris, et puisque je parlais très souvent avec Vincent (Labrune), je savais qu’il voulait de jeunes joueurs, comme Payet et Thauvin.

Il m’a dit clairement qu’il voulait dépenser l’argent pour eux et je ne pouvais pas lui donner tort, ce sont de très bons joueurs. Il m’a dit qu’il avait gardé un peu de sous de côté pour moi, mais c’était la somme prévue au départ. Et il n’avait pas davantage. J’aurais pu mettre le bordel ici, au club, ou avec l’entraîneur, pour qu’ils me laissent partir. Je pense même que ça aurait marché. Mais je ne suis pas ce genre de gars, je n’ai jamais fait ça dans un club de ma carrière.

... Je ne voulais pas jouer en Championship (D 2). Tony Fernandes m’a parlé, il m’a dit qu’il y avait un vrai projet, une équipe pour remonter dont je serais un cadre. Mais moi, ça ne me disait rien, tout ça, parce que le club m’avait quand même viré un an plus tôt. J’ai été banni d’ici alors que j’étais le capitaine. Et Marseille m’a accueilli à bras ouverts. Mais voilà, maintenant je suis ici, et je ferai tout pour qu’on remonte en Premier League. Mais je n’oublierai jamais ce que Marseille a fait pour moi."

Par Gary SLM

Facebook
Twitter
email
Whatsapp