Exclu - Luccin : « Un retour en France est tout à fait possible » (2/2)

Après une première partie d'entretien essentiellement consacrée au PSG, Peter Luccin aborde l'actualité de l'équipe de France. Malgré une carrière bien remplie, le joueur de Dallas (MLS) n'a jamais porté le maillot frappé du coq.

FOOT-SUR7 - Vous n'avez jamais été sélectionné en équipe de France A. Est-ce un regret dans votre carrière ?

Peter Luccin - Oui, c'est un regret car je pensais avoir ma chance à un moment donné. Peut-être pas lorsque Claude Makelele, Emmanuel Petit et Alain Boghossian y étaient mais plutôt au moment de mon passage à l'Atletico Madrid. Je pense par exemple que j'aurais pu avoir ma chance pour le Mondial 2006. Ne serait-ce qu'une sélection pour voir si j'avais le niveau...

En Espagne, vous avez réalisé plusieurs saisons satisfaisantes, notamment avec le Celta Vigo et l'Atletico Madrid. Comment expliquez-vous que les sélectionneurs successifs des Bleus (Roger Lemerre, Jacques Santini et Raymond Domenech) vous ait ignoré ?

Je n'ai jamais vraiment compris cette ignorance. Les joueurs qui évoluaient à mon poste au même moment étaient sans doute plus performants à leurs yeux. A ces différentes périodes, la France possédait un réservoir conséquent de joueurs de qualité. Pour prétendre être international, ce n'était pas comme aujourd'hui. Maintenant, on peine à trouver des milieux de terrain très talentueux possédant un niveau international. Si j'étais arrivé à cette époque là, j'aurais certainement eu beaucoup plus de chances d'intégrer les Bleus.

Récemment, dans un entretien accordé à France Football, vous demandiez aux joueurs de l'équipe de France d'arrêter de faire les « cailleras ». Qu'avez-vous pensé de leur match retour face à l'Ukraine ?

Malgré un match aller catastrophique, l'équipe de France est revenue sur sa bonne dynamique et a réalisé un exploit. Mentalement, c'est compliqué de gagner ce genre de match : il n'y avait plus de calculs à faire, il fallait s'imposer et marquer rapidement. C'est exactement ce qu'ils ont fait, en étouffant les Ukrainiens, qui ont été bien pâles à Saint-Denis. Ce barrage retour prouve que l'équipe de France est en mesure d'aller loin au Mondial. C'est une équipe capable du pire comme du meilleur. Cependant, il existe encore des lacunes à gommer avant le début de la compétition. Même à 11 contre 10, j'ai vu les Blues être un peu en difficulté vers la fin de la rencontre. Cette supériorité numérique a sans doute complètement changé la donne du match. Avec le même état d'esprit que face à l'Ukraine au Stade de France, les Bleus peuvent atteindre les quarts de finale de la Coupe du Monde 2014.

luccin itw7

"Je me verrais bien consultant"

Vous avez quitté la Ligue 1 en 2001 et n'êtes jamais revenu. Aujourd'hui, un retour en France serait-il envisageable ?

Bien sûr ! Si un club me propose un challenge qui me plaît, je n'hésiterai pas à revenir. Plusieurs types de challenges peuvent m’intéresser, que ce soit en Ligue 1 ou en Ligue 2. Je suis prêt à étudier toutes les propositions avec considération. A ce jour, tout est possible !

Vous êtes né et avez grandi à Marseille. Etes-vous encore supporter de l'OM aujourd'hui ?

J'ai grandi dans une cité HLM du quartier Saint-Joseph avec mes parents. C'est donc normal que je sois supporter de l'OM, surtout que j'y ai joué. Ces derniers temps, l'OM est décevant. Je m'attendais à un meilleur parcours en Ligue des Champions. Bien que son groupe soit très relevé, je pense que Marseille aurait pu faire mieux. Certes, le club ne dispose pas du même budget que le PSG, mais il ne faut pas oublier que plusieurs grands clubs historiques ont réussi à gagner des Coupes d'Europe avec des moyens financiers limités. Je pense au FC Porto en 2003 et 2004 et l'Ajax d'Amsterdam en 1992 et 1995. Il y a également le Borussia Dortmund en 1997, ainsi que le Feyenoord Rotterdam en 2002. Marseille peut encore réaliser une bonne saison et décrocher une place européenne pour tenter de bien figurer en Ligue des Champions ou en Europa Ligue la saison prochaine. L'OM pourrait créer une surprise. Pourquoi ne pas être à nouveau le dauphin du PSG en championnat ? Toutefois, cela s'annonce compliqué car Monaco impose un rythme soutenu...

Pensez-vous à votre reconversion ?

Comme je ne suis plus tout jeune, j'y pense forcément. Une chose est sûre : je vais rester dans le milieu du football. Je me verrais bien comme consultant. Je ne quitterai pas le milieu du ballon rond car c'est ma passion. Et j'ai vraiment envie de continuer à faire quelque chose que j'aime !





Par Arnaud LAPOINTE
Publié le 06 décembre 2013 à 17:38 | mis à jour le 06 décembre 2013 à 17:38

Facebook
Twitter
email
Whatsapp