Dossier - PSG : Areola, Bahebeck, Coman, Ongenda, Rabiot... Jeunesse en péril ?

Publié le 15 juin 2014 à 19:21

Pétris de talent mais souvent abonnés à l'école de l'impatience, les jeunes espoirs parisiens oscillent entre la volonté de briller sous les couleurs de leur club formateur, et la soif de gagner un hypothétique surplus de temps de jeu sous d'autres horizons.

Areola, Bahebeck, Coman, Ongenda, Rabiot, autant de noms qui agitent aussi bien le marché français qu'étranger, et qui placent le PSG face à une équation bien complexe à résoudre dans sa folie des grandeurs. Car si le club de la capitale s'emploie, avec succès, à recruter des joueurs d'envergure internationale capables de lui faire remporter la Ligue des Champions le plus tôt possible, il doit également composer avec un important et talentueux vivier domestique qui ne demande qu'à éclore au grand jour.

Prêté au FC Lens où il évolue en tant que gardien numéro 1, Alphonse Areola (21 ans) est conscient qu'un retour au PSG serait synonyme d'abonnement au banc de touche, contre quelques matches de Coupes nationales ici et là. Le champion du monde des moins de 20 ans, qui a quitté Paris en tant que numéro 3, n'aurait même pas l'assurance de pouvoir concurrencer Nicolas Douchez, qui fait figure de doublure loyale et expérimentée derrière l'indéboulonnable Sirigu. Si les qualités et les promesses affichées par le Réunionnais sont indéniables, les dirigeants Parisiens devront lui envoyer un signe fort pour le conserver, si telle était toutefois leur volonté.

Son coéquipier en Bleu, Jean-Christophe Bahebeck (21 ans) a été prêté une saison à Valenciennes, et son retour au PSG est des plus incertains. Le natif de Saint-Denis, particulièrement brillant et décisif avec l'équipe de France Espoirs, a retenu l'attention de nombreux clubs, dont Arsenal. L'aubaine est en effet trop belle pour un Arsène Wenger désormais connu pour ses capacités à lancer la carrière de jeunes espoirs, d'autant qu'il semble très difficile de concevoir, pour Bahebeck, un avenir radieux à Paris, compte tenu de la concurrence tenace qui y fait rage aux postes offensifs.

Hervin Ongenda (18 ans) a, pour sa part, reçu un signal positif de la part de ses dirigeants en prolongeant en cours de saison un contrat le liant au PSG jusqu’en 2017. Mais face aux mastodontes offensifs qui occupent le front de l'attaque parisienne, et alors même que le club pourrait prochainement accueillir un nouveau renfort d’envergure dans ce secteur, Ongenda pourrait à son tour voir son champ d’expression totalement réduit à néant, lui qui n’aura été que très peu aligné en début de saison avant de disparaître de la circulation. C’est dans cette optique que le Paris Saint-Germain pourrait céder le joueur en prêt, Claude Makélélé ayant notamment été évoqué pour emmener l’attaquant s’aguerrir du côté de Bastia.

Mis en lumière sous l'ère Ancelotti au même moment qu'Ongenda, le cas de de Kingsley Coman (17 ans) pourrait cependant être plus complexe à gérer. Le guadeloupéen formé à Paris est en fin de contrat au PSG, et il n’a pas donné suite pour le moment aux propositions de prolongation du club. C’est que le jeune attaquant affole littéralement le marché européen : Arsenal, Newcastle, la Juventus ou encore la Roma, se sont renseignés à son sujet, tout en sachant que les parisiens ne pourraient lui garantir un gros temps de jeu la saison prochaine. Très discret dans les médias, rien pour le moment ne dit de quoi sera fait l’avenir de celui qui n’aura disputé que trois matches officiels en 2013/2014 sous les couleurs du PSG.

Parmi ces jeunes loups parisiens, Adrien Rabiot (19 ans) fait figure de privilégié, puisqu'il jouit de la meilleure situation au sein du club de la capitale. Apparu à 25 reprises en Ligue 1 cette saison, pour deux buts inscrits, le milieu de terrain aura eu son mot à dire dans le secteur le plus concurrentiel de l’organisation de Laurent Blanc. Cependant, ses multiples sorties médiatiques, ainsi que celles de sa mère, qui défend ses intérêts, laissent à penser que Rabiot attend plus du Paris Saint-Germain : Plus de temps de jeu, mais aussi probablement plus de considération d’un point de vue financier.

Alors que les sanctions de l’UEFA pour non-respect du fair-play financier imposent au PSG d’aligner 8 joueurs formés en France, on est en droit de se demander quel intérêt aurait le club de la capitale à se séparer de ses jeunes les plus talentueux cet été. Les instances dirigeantes du club, qui seront à coup sûr occupées à préparer le prochain gros coup du mercato parisien, devront également s’atteler à clarifier la situation de leurs jeunes, en donnant des garanties aux uns, et en apaisant au mieux l’empressement des autres. Doté d’un centre de formation reconnu, le Paris Saint-Germain a désormais l’occasion de mettre en avant sa si prometteuse classe biberon, avec cependant un problème de taille : Parvenir à les impliquer dans un effectif de stars internationales, où certains jeunes pourraient finir par trouver le temps long... Et décider de claquer la porte de leur club de coeur pour voler de leurs propres ailes sous d'autres cieux.

Par Hakim Maludi

Facebook
Twitter
email
Whatsapp