PSG - FPF : La nouvelle provocation de Karl-Heinz Rummenigge !

Le PSG connait son principal ennemi sur la question du fair-play financier. Karl-Heinz Rummenigge qui ne cache pas son bonheur face aux démêlés de Paris avec le fair-play financier de l’UEFA a une nouvelle fois fait de la provocation. Le président du Bayern Munich, dans une interview exclusive à Goal, a évoqué différentes situations et surtout celle du PSG et d’autres clubs très endettés du foot européen.

Karl-Heinz Rummenigge a déclaré : "Les équipes qui sont dans les mains d'un investisseur seraient extrêmement avantagées (s’il n’y avait pas de fair-play financier, ndlr). Jetons un œil par exemple sur le PSG : Une grande entreprise est derrière ce club. Avec de l'argent presque à l'infini », dit-il parlant de Qatar Tourism Authority, le plus gros sponsor du Paris Saint-Germain. « Depuis, la puissance de l'équipe est très dépendante du marché des transferts, et le PSG pourrait investir indéfiniment. Nous pensons que ce n'est pas juste… Nasser al-Khelaïfi dispose encore de moyens conséquents, il conduit une voiture très rapide. Mais les Ferrari peuvent aussi faire des dégâts si on les conduit trop vite. »

Se réjouissant des sanctions qui ont contraint le PSG à rester calme lors du récent marché des transferts, il rajoute : « Le PSG a été condamné l'été dernier.(…) Vous ne pouvez pas ignorer les signaux de l'UEFA.» Seulement, le règlement de l’UEFA n’est pas censé lutter contre les riches personnes qui investissent dans le foot, mais contre les déséquilibres dans les finances des clubs. Le Real Madrid et le FC Barcelone, les deux leaders du foot espagnols sont aussi les clubs les plus endettés d’Europe. À ce propos, Rummenigge se montre clément en affirmant : "Le Real et Barcelone ne sont pas un gros problème. Bien qu'ils aient une montagne de dettes très élevées. Ils sont actuellement en conformité avec le fair-play financier, au moins cela ne pose pas de problème. Le fair-play financier est basé sur la règle de l'équilibre. Cela consiste tout simplement à ne pas dépenser plus que ce que l'on peut assumer..."

Avec cette sortie, Karl-Heinz Rummenigge montre clairement que son problème se trouve au niveau des personnes qui investissent dans le foot et non les situations financières de leurs clubs. Clairement, l’allemand montre opposition aux