PSG / Chelsea - Riolo : "La thèse du foutage de gueule en championnat tient la route."

Publié le 18 février 2015 à 18:12

A contre-courant des réactions enthousiastes et admiratives suite au match nul entre le PSG et Chelsea (1-1), Daniel Riolo a proposé une lecture différente du résultat d'hier soir au Parc des Princes. Ainsi, le journaliste a non seulement observé des comportements traduisant clairement les ambitions à la baisse du club de la capitale, mais a également obtenu la preuve, selon lui, que le PSG choisissait bel et bien ses matches.

"Vous avez vu les commentaires d’après match ? Le Président était ravi : ‘‘Bon match, on méritait de gagner…’’ Blanc semblait soulagé d’avoir tenu tête à l’adversaire, comme s’il avait eu peur de prendre une raclée. Les joueurs ont enchaîné dans le même esprit, écrit ainsi Riolo sur son blog. J’ai entendu et lu la même chose dans beaucoup de commentaires d’après-match. C’est comme si d’avoir vu le PSG faire un match intense, répondre au combat, au défi, était suffisant ! Comme si avoir été digne avait effacé la réalité du résultat.

Pour le journaliste, ces commentaires et ses attitudes d'après-match traduisent un, voire plusieurs, pas en arrière opérés par le PSG, qui se contente désormais de faire uniquement bonne figure dans la compétition européenne.

On était revenu deux ans en arrière quand après l’élimination 2-2 puis 1-1 face au Barça en quart, on avait retenu la tenue générale de l’équipe. Le propos avait du sens à cette époque. Mais cela veut dire quoi ? Qu’en deux ans, rien n’a bougé ? Entre temps, après une victoire inutile en match de poule face au Barça en septembre, on a entendu le président du PSG parler de moment historique et L’Equipe s’est empressé de ranger ce match au Panthéon du sport français, regrette Riolo.

Pendant que notre PSG se perd en grandiloquence et emphase, Chelsea est rentré à Londres avec un bon résultat et 70 à 80% de chance d’aller en quarts de finale. Le match de l’année du PSG, n’était qu’un match important pour Chelsea et cette différence est importante. L’approche psychologique n’est pas la même. De ce côté-là, en mettant Luiz au milieu, Blanc s’est montré actif quant à l’évènement. Sans être l’idée du siècle, ça a eu le mérite de mettre Blanc en situation positive. C’est assez rare pour être souligné.

Comme je le disais, le PSG a ensuite livré son match de l’année. Tout le monde au top. Implication, intensité. Des hauts et quelques bas, mais prestation réussie. Cavani à ce niveau, c’est comme le symbole de la soirée et de la performance du PSG. Pour ne pas être éliminé dès le match aller, il fallait voir un PSG pas vu cette saison, c’est ce qu’on a vu (...) La thèse du foutage de gueule en championnat tient donc la route."

Par Hakim Maludi

Facebook
Twitter
email
Whatsapp