Football - Santé : La rupture des ligaments croisés, ce fléau !

Par Hakim Maludi
Publié le 07 septembre 2015 à 19:44 | mis à jour le 07 septembre 2015 à 19:44
Résultats

C'est la hantise des footballeurs et des sportifs de haut niveau en général. La rupture des ligaments croisés, broyeuse de genoux et faucheuse de carrières, vient de terrasser Nabil Fékir pour une durée minimale de 6 mois. Focus sur ce fléau douloureux hautement traditionnel sur les terrains de football.

Quand le genou lâche

Rupture ou déchirure, totale ou partielle, lorsque les ligaments croisés du genou sont touchés, il y a souvent peu de chances de revoir le joueur atteint fouler les pelouses avant 6 mois minimum. Cette blessure si redoutée est généralement provoquée par un changement brutal de direction pendant une course, ou une mauvaise réception après un saut.

Face à la vive douleur ressentie, mais aussi au bruit sec qui accompagne parfois la blessure, le joueur prend conscience très rapidement qu'il en aura pour des mois à s'en remettre. Dans le cas de Nabil Fékir, les symptômes ont d'emblée désigné la rupture des ligaments croisés comme coupable, avant même le passage d'examens médicaux poussés.

"Les ligaments croisés relient le fémur et le tibia. Une structure de 7 millimètres de diamètre qui a pour objectif d'empêcher un déplacement du tibia vers l'avant par rapport au fémur. Et, c'est lorsque le genou subit une violente torsion que la rupture des ligaments croisés se produit", expliquait à France5 le Docteur Guy Bellier, chirurgien orthopédiste.

"Une douleur aiguë survient alors. Le blessé peut ressentir une certaine instabilité en cherchant à se mettre debout. Le genou gonfle dans les heures qui suivent la rupture."

Confirmée par IRM, la rupture des croisés nécessite dans plus de 95% des cas une opération, suivie d'une longue et éprouvante période de rééducation.

D'illustres joueurs fauchés par les croisés

Promis à une saison exceptionnelle en tant que leader offensif de l'OL, et alors que sa place pour l'Euro 2016 semblait acquise, Nabil Fékir a vu son ascension être brutalement stoppée. Comme lui, bien des joueurs ont vu leur carrière rongée, voire détruite, par une rupture des croisés.

Ainsi, l'Argentin Redondo, touché au genou en 2000, alors qu'il évoluait au Milan AC, n'aura pu venir à bout d'une blessure qui se sera aggravée avec le temps, l'obligeant à subir trois opérations aux ligaments croisés en l'espace de deux ans. Écarté des terrains pendant deux longues saisons (2000/2001 et 2001/2002), le milieu de terrain ne retrouvera jamais son niveau madrilène, et verra le mal le hanter jusqu'à la fin de sa carrière.

Plus proche de nous, Radamel Falcao aura vu une lésion du ligament croisé antérieur gauche le priver de Coupe du Monde, et le tenir éloigné des terrains pendant plus de 6 mois. S'il a d'abord mis toutes les chances de son côté pour disputer au plus vite le Mondial avec la Colombie, l'attaquant a finalement dû se faire une raison en suivant la compétition à la maison.

Cette blessure aura eu des conséquences bien fâcheuses pour El Tigre qui, à l'heure actuelle, n'a toujours pas retrouvé son niveau d'antan.

Grégory Coupet, Robert Pirès, et bien d'autres ont vu leur genou lâcher, parfois au pire moment dans une carrière de joueur, comme cela semble être le cas pour Fékir cette saison.

Reste désormais à savoir si le Lyonnais, dont la saison en club paraît hautement compromise jusqu'au printemps, sera remis à temps pour espérer, pourquoi pas, ne pas hypothéquer ses chances de disputer l'Euro 2016 à domicile.

Facebook
Twitter
email
Whatsapp