PSG: Laurent Paganelli, "Paris doit se faire violence"

Par Eitel Mabouong
Publié le 05 octobre 2015 à 23:10 | mis à jour le 05 octobre 2015 à 23:10
Résultats

De la rencontre entre le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille, les supporteurs parisiens ne souligneront très certainement que deux choses positives : la victoire et le record de Zlatan Ibrahimovic. Pour le reste, les hommes de Laurent Blanc n'ont pas été capables d'offrir une prestation digne de son standing.

Trop de suffisance, pas assez de maîtrise

'L'important c'est les trois points'... si ce stéréotype colle parfaitement à des équipes de la dimension du Lille OSC ou du FC Nantes en Ligue 1, afficher un tel discours au Paris Saint-Germain est digne d'un réel manque d'ambition. Surtout dans un championnat sans véritable opposition.

Baladé durant vingt grosses minutes face à l'Olympique de Marseille dimanche soir dans son enceinte du Parc des Princes, le PSG s'est montré inquiétant dans la récupération et dans la transmission du ballon pendant une bonne partie de la rencontre. Deux secteurs pourtant essentiels dans le jeu prôné par Laurent Blanc.

Bien que ce genre de prestation suffise dans le championnat de France, y compris devant l'OM, répéter cela sur la scène européenne serait rédhibitoire pour les Franciliens, dont l'ambition est de décrocher le sacre en Ligue des Champions.

Paganelli en attend davantage

Sur le plateau des 'Spécialistes Ligue 1', émission diffusée sur Canal + Sport ce lundi, Laurent Paganelli a confié que ce manque de maîtrise ne pardonnerait pas dans des rendez-vous plus importants. Il a par ailleurs ajouté que la victoire face à ce Marseille là était le minimum syndical.

"Quand on regarde l'opposition (de dimanche), ce n'est pas le Real Madrid, l'Atletico ou le Barça qu'il y a en face. Il faut quand même être honnête. Paris, c'est la seule équipe (en Ligue 1) qui a pu améliorer son effectif. Dans l'équipe type de Marseille qui débarque dimanche, ils n'étaient que deux de la saison dernière. Il y avait neuf nouveaux joueurs. Il faut remettre les choses en perspectives. Si Paris ne s'impose pas dans des matchs comme ça par son jeu et sa qualité... Je pense qu'à un certain moment, il faut être capable de se faire violence ! Combien ils ont joué de gros matchs (européens, ndlr) en 2015 ? Et quand ils les ont joué, ils les ont gagné ? Il faut savoir ce qu'on attend de cette équipe là !"

Facebook
Twitter
email
Whatsapp