Ex-OM : AS Monaco, Marcelo Gallardo attaqué dans le tunnel !

Marcelo Gallardo agressé lors du OM- AS Monaco du 7 avril 2000 Publié par JOËL le 29 décembre 2016 à 16:21

Le talent n’appelle pas toujours le succès. Marcelo Gallardo ne le contestera pas, qui se souvient d’avoir été agressé dans le tunnel menant aux vestiaires à l’issue du match OM-Monaco du 7 avril 2000.

Macelo Gallardo était un habitué

Marcelo Gallardo était probablement le meilleur joueur de Ligue 1 en ce temps-là. Ce qui lui valu quelques ennuis au terme de cette fameuse rencontre. Ces adversaires d’alors n’appréciaient pas qu’il soit pétri de tant de talent et voulaient le lui faire savoir à leur façon. Une façon dont il était un habitué dans son pays, l’Argentine, mais qu’il ne savait pas pouvoir rencontrer en France.

« Ils m’attendaient dans le tunnel et ils m’ont attrapé. C’est un truc très « argentin » finalement, de vouloir « limiter » un joueur par n’importe quel moyen, de l’atteindre pour lui filer une trempe pareille. Heureusement, j’étais encore habitué (rires), même si je ne m’y attendais pas du tout », se souvient l’ancien meneur de jeu argentin dans les colonnes de So Foot.

Pour sa part, s’il ne nie pas la réalité de la bagarre, Christophe Galtier n’y aurait pas participé. Mieux, l’actuel entraîneur de l’ASSE soutient avoir fait tout son possible pour s’interposer entre les différents belligérants.

« S’il y a un gars qui a hyper protégé tout le monde pour éviter qu’il y ait des incidents, c’est moi. Je suis l’un des premiers à être rentré dans le tunnel pour éviter que ça parte, et c’est parti », prétend-il.

Le technicien français en arrive ensuite à la description d’un Marcelo Gallardo en furie : « Marcelo, c’était un très grand joueur, mais il pouvait faire péter les plombs à son adversaire. Il crachait à la figure, il insultait tout le monde. J’ai dit à la sécurité : « Mettez-vous autour de lui, ça va partir. » Il pense que je l’ai frappé par-derrière, il m’insulte et me crache à la figure. »

Mais Galtier est resté de marbre et n’a pas pris part à l’accrochage, dont il se souvient dans les moindres détails. « Il y avait trois personnes à côté de lui à ce moment-là. Et dans ces trois-là, il y en a deux qui l’ont attrapé. Il a fini en morceaux, mais moi, je ne l’ai jamais pris par les cheveux…. Je n’ai jamais eu besoin de dire : « Eh les gars, c’est pas moi, c’est eux. » Ceux qui l’ont fait sont allés voir le président : « C’est pas lui, c’est nous. » Ca s’est passé en interne », raconte-t-il.

Ce témoignage ne serait pas l’expression stricte de la vérité, à entendre la version des faits de Pablo Contreras. Version qu’il tient lui même de Marcelo Gallardo.

« Marcelo m’a raconté que dans le tunnel, il avait été agressé par De La Pena, Luccin et Galtier. D’après-lui, c’est De La Pena qui a dégainé le premier. Ils s’étaient un peu chambrés, à l’époque Marcelo était le meilleur joueur du championnat. Plus tard, j’ai joué avec Peter à Vigo et il m’a confirmé tout ça en me disant que De La Pena était agacé par Marcelo, qu’il était un peu jaloux », rapporte pour sa part Contreras.

Moralité : le sport n’entraîne pas toujours la sportivité.

Afficher les commentaires