PSG - Mercato : Le patron de la Liga confirme sa menace pour Neymar

 Neymar de plus en plus proche du PSG Publié par JEAN-LUC D le 30 juillet 2017 à 17:42

Neymar n'a jamais été aussi proche de signer au PSG. Et en Espagne, tous les moyens sont bons pour mettre la pression sur le club parisien et la star brésilienne du FC Barcelone. Les vice-champions de France s’apprêtant à payer les 222 millions d’euros de la clause libératoire du joueur de 25 ans. Dernier exemple en date, la volonté affichée du président de la Ligue de Football Espagnol de saisir l'UEFA sur ce dossier.

L’ingérence du Qatar pour Neymar est mise en cause

Javier Tebas, le patron de la Liga espagnole a réaffirmé ce dimanche sa volonté de saisir prochainement l'UEFA d'une plainte visant le Paris Saint-Germain pour non respect des règles de Fair-Play financier imposées aux clubs, dans le cadre d'un éventuel transfert de Neymar.

Pour le dirigeant espagnol, les comptes actuels du club de la capitale ne lui permettent pas de s’aligner sur la clause de l’international brésilien. Si ce transfert se concrétise, ce sera donc grâce au Qatar.

« La Liga va déposer cette plainte, car c'est une question liée à la compétition de La Liga, cela concerne aujourd'hui le Barça, mais demain cela pourrait être le Real Madrid, ou l'Atlético Madrid. Le PSG ne peut avoir des comptes où les droits commerciaux du club dépassent ceux du Real Madrid ou du Barça... c'est impossible.

Cela veut donc dire que le Qatar (propriétaire du club) injecte des fonds, en violant les règles de fair-play financier de l'UEFA et les règles en termes de concurrence de l'Union européenne et ça, on va le dénoncer. Il y a deux mois j'ai reçu à La Liga le président du PSG et je lui ai dit ce que nous allions faire et pour quelles raisons.

Il s'est fâché et m'a dit qu'il ne comprenait pas pourquoi. La Liga doit défendre nos clubs dans ces situations », a expliqué le patron du football espagnol au micro de la Cadena Ser. À noter qu’en 2014 l'UEFA avait déjà imposé au club de la capitale française une sanction de 60 millions d'euros et des restrictions en termes d'inscription de nouveaux joueurs même si cette deuxième sanction avait été levée un an plus tard.

L'instance de contrôle financier de l'UEFA avait alors estimé que le montant du contrat de sponsoring signé entre le club et le bureau de promotion de tourisme du Qatar était disproportionné, car il doublait sa « juste valeur. » Reste à savoir ce qu’il en sera dans ce cas présent. Affaire à suivre…

Afficher les commentaires