PSG : Avant son transfert, Aurier se sentait en prison

Serge Aurier évoque son départ Publié par Gary SLM le 10 septembre 2017 à 10:54

Une grande carrière lui était promise au PSG quand Serge Aurier y a mis un frein avec sa scandaleuse vidéo sur Periscope. Le natif de Ouaragahio est revenu sur sa situation au club de la capitale après son manque de respect à son entraîneur de l’époque (Laurent Blanc) et certains de ses coéquipiers.

Serge Aurier ne se sentait plus à son aise au Paris Saint-Germain.

L’ancien joueur de Lens et de Toulouse a pris la décision de quitter le club pour Tottenham cet été. Selon lui, cette décision s’imposait pratiquement à lui pour retrouver la liberté qu’il avait perdue après sa série de dérapages au PSG.

"J'étais emprisonné et à partir de là je ne pouvais plus rien faire, je ne pouvais plus m'exprimer. Je ne pouvais plus parler à la presse, je me renfermais sur moi-même. C'était un feuilleton qui n'allait pas se finir. », dit-il pour justifier son choix de quitter le Paris SG.

« J’ai repris le foot, j'ai fait de bons matches. J'étais dans une année de rachat, parce que moi, je sais que j'ai manqué de respect au club et c'était important pour moi de repartir sur une grande saison et donner le maximum au club», a-t-il rajouté bien qu’il est été mis en difficulté cette saison-là dans la concurrence avec Thomas Meunier.

Le joueur belge a été aligné le même nombre de fois (22 apparitions) que l’ivoirien en Ligue 1 par Unai Émery. Aurier a quitté Paris avec une bonne image de son ancien président Nasser Al-Khelaïfi. Selon lui, le Qatari lui a été d’un grand soutien.

« Mon moyen de le remercier était de rester et de faire une grande saison en donnant le maximum. Je me tenais à carreau tous les jours, mais je ne me sentais plus à l'aise, car je devais toujours faire attention. C'était devenu pénible, parce qu'avant tout ça, j'étais quelqu'un de naturel.

Je devais retrouver quelque chose qui me donne du plaisir, qui me donne envie de faire ce que je fais de mieux : jouer au foot. À un moment, je ne prenais plus de plaisir, c'est pour ça que j'ai compris que c'était le moment de partir", a-t-il rajouté.

Afficher les commentaires