OM : Affaire Evra, un autre supporter relate les faits

Patrice Evra a donné un coup de pied au visage d’un supporter de l’OM

On avait déjà la version de William au lendemain du coup de pied de Patrice Evra à un supporter marseillais. On a désormais le témoignage d’un autre supporter présent au stade Alfonso Henriques ce jour-là.

Patrice Evra insulté par les supporters

Il ressort du témoignage de cet autre supporter, dont le nom n’a pas filtré, que Patrice Evra a effectivement été insulté par les supporters marseillais pendant l’échauffement d’avant-match entre Guimaraes et l’Olympique de Marseille (1-0), jeudi soir lors de la 4e journée des poules de la Ligue Europa.

« Les remplaçants et ceux qui n'étaient pas sur la feuille de match ont commencé à faire des frappes au but. Certains en rataient une de temps en temps, mais lui, il a chopé toutes les mouettes ! Il n'y en avait aucune dans le cadre ! Forcément, on l'a branché : "T'es pas bon", "T'avances plus", "T'es un âne", "Dégage de l'OM"... Il y a eu des insultes plus sévères, aussi, mais ce n'est pas nouveau dans un stade. Puis on a commencé à chanter d'autres insultes », a-t-il reconnu dans La Provence.

Des insultes très mal appréciées par le latéral gauche olympien, qui est alors venu aux nouvelles. « Et Evra est venu nous voir, devant les panneaux publicitaires. Il demandait des explications, puis il a fait signe à quelqu'un de venir : "Viens, viens !". Je vais parler à la marseillaise, mais quand un bourgeois dit à un mec des quartiers nord de descendre, le mec des quartiers vient... Et il est descendu, alors qu'une vingtaine de supporters le suivait. Evra a enjambé le panneau et c'est parti comme ça », s’est souvenu le supporter.

Mais la vigilance du témoin est quelque peu détournée par un fait inattendu, lié à l’entrée en scène des supporters portugais. Ce qui a pour effet de mettre en évidence la sécurité défaillante du stade Alfonso Henriques.

« Je ne sais plus quand il a tiré le ballon en nous visant parce que je faisais attention aux supporters de Guimarães qui arrivaient sur le côté gauche du parcage, puis à droite. On commençait à se prendre des sièges ! », a-t-il noté avant de souligner : « D'habitude, quand il y a un envahissement du terrain, tout le monde part du même côté ; là, c'était de tous les côtés. Ce stade est trop facile... »

La relation des faits terminée, le témoin a glissé sur ce qui devrait être, selon lui, la sanction de Patrice Evra. Il en appelle tout simplement au limogeage de joueur de l’écurie olympienne.

« Si je suis Eyraud, qui est pour moi plus un directeur financier qu'un président, et que j'arrive à virer Evra, je remercie les supporters parce qu'ils me font économiser 2,5 millions d'euros bruts par an... Il n'a pas à le faire. C'est un exemple pour les enfants. Les petits bandent sur lui (sic), pour certains d'entre eux, un joueur de l'équipe de France est une idole. Mais là, ils le voient faire Bruce Lee sur un supporter... Maintenant, ils vont reproduire son geste le dimanche sur le terrain ! C'est honteux », a-t-il pesté.

Sa conclusion est sans appelle : « Ce qui me fatigue, c'est qu'on passe encore pour des sauvages, on est encore la risée du football. Et ça, à cause de lui... »

L’ancien Turinois peut déjà s’estimer chanceux parce que ce témoin n’est pas le juge dans cette affaire…