OM : Le conseil de José Anigo pour Kostas Mitroglou

José Anigo demande de la patience pour Mitroglou

José Anigo, qui le connaît depuis belle lurette, sait que Kostas Mitroglou est un bon joueur. Un joueur à qui il faudrait seulement laisser un peu de temps pour retrouver ses automatismes.

José Anigo déplore l’impatience des journalistes marseillais

Ils ne seraient pas nombreux à prétendre connaître l’Olympique de Marseile autant que José Anigo. Lui qui y a été successivement joueur, entraîneur, directeur sportif et recruteur.

Cette encyclopédie vivante sur l’écurie phocéenne est encore témoin de l’impatience des journalistes marseillais au sujet de Kostas Mitroglou. Un comportement des journalistes olympiens qui rappelle à l’entraîneur de Levandiakos celui de leurs confrères thessaloniciens.

« Les journalistes à Marseille sont très exigeants. Je pense que vous avez les mêmes journalistes ici, à Thessalonique (rires). Ils se ressemblent. Thessalonique et Marseille sont similaires », a-t-il confié au site grec Gazzetta.

José Anigo demande un peu de patience pour Mitroglou

Kostas Mitroglou va retrouver le chemin des filets. Mais arrivé blessé cet été, l’ancien du Benfica Lisbonne a besoin de temps pour retrouver ses automatismes.

« Mitroglou est maintenant allé à Marseille. Il n’est pas prêt physiquement parce qu’il a été blessé. Vous devez donner du temps au joueur », a-t-il recommandé.

Or la patience n’est justement pas le fort des Marseillais. « En France, ils ne donnent pas le temps. Vous faites un, deux ou trois matchs et ensuite, vous marquez deux buts », a déploré José Anigo, qui a insisté : « Il a besoin de temps. »

Enfin, le technicien français, qui le connaît depuis l’Olympiakos, sait que l’international grec est un bon joueur : « Je connaissais Mitroglou depuis l’Olympiakos et je le suis depuis. C’est un bon joueur », a-t-il plaidé avant de conclure : « Mais Marseille est Marseille… Comment dire… On verra. Oui, c’est difficile pour lui maintenant. »

L’ancien Marseillais peut être sur que sa plaidoirie a déjà reçu un écho favorable auprès des innombrables supporters olympiens, qui ont affiché une banderole d’encouragements pour le buteur de 29 ans, face à Guingamp dimanche. Mais pour ce qui est de savoir si des observateurs comme Pierre Ménès ou Christophe Dugarry en ont été convaincus, il faudrait être… patient.