OM - Mercato : Vincent Aboubakar, un mauvais joueur selon Labrune

Vincent Aboubakar recalé par Vincent Labrune
Par Loua Joel
Publié le 27 décembre 2017 à 10:37 | mis à jour le 27 décembre 2017 à 10:37
Résultats

L’Olympique de Marseille, qui le ciblait cet été, n’en était pas à sa première tentative avec Vincent Aboubakar. Le buteur du FC Porto avait déjà été visé par les recruteurs marseillais du temps où il évoluait à Valenciennes. Mais l’affaire n’avait rien donné parce que Vincent Labrune l'avait jugé aux pieds carrés.

Le dossier Vincent Aboubakar rejeté par Labrune

L’OM n’avait pas vraiment grande chance d’enrôler Vincent Aboubakar cet été. On se rappelle que l’international camerounais était alors la cible offensive prioritaire des recruteurs marseillais. Mais il n'a pas souhaité rallier le projet McCourt parce qu'il y a vu trop d'incertitudes...

Pourtant, l’écurie phocéenne aurait pu engager l’attaquant avant même son départ au FC Lorient. Il évoluait alors à Valenciennes. Mais Vincent Labrune, alors président du club olympien, s’est désintéressé de l’affaire au dernier moment en raison des renseignements pas du tout à l’avantage du joueur.

« Vincent Labrune ne m’a pas pris parce qu’on lui a dit que j’avais les pieds carrés ? Oui, j’en ai entendu parler. Je l’ai même lu à plusieurs reprises », a révélé le Camerounais dans les colonnes de France Football.

Ce en quoi Vincent Labrune n’avait pas totalement tort, Vincent Aboubakar lui-même reconnaissant que l’expérience valenciennoise n’avait pas été concluante : « À Valenciennes, cela ne s’est pas du tout bien passé. »

Mais loin de se décourager, le joueur de 25 ans va rejoindre le FC Lorient, où il va véritablement exploser sous les ordres de Christian Gourcuff puis de Sylvain Ripoll, à qui il adresse ses sincères remerciements. « Je suis parti à Lorient où j’ai rencontré un super coach, Christian Gourcuff. Beaucoup de choses ont changé pour moi. Je le remercie, lui comme Sylvain Ripoll », a-t-il déclaré.

Aujourd’hui buteur attitré du FC Porto, Vincent Aboubakar savoure sa revanche sur Vincent Labrune qui n’avait pas cru en lui. Une victoire fruit de son travail et du silence devant les calomnies qui avaient dissuadé l’ancien dirigeant phocéen de le recruter.

« J’ai les pieds carrés ? Il n’y a pas de souci… Le temps est sage, et il finit par tout révéler. J’ai fermé ma bouche, j’ai travaillé. Le silence est un ami qui ne trahit pas. J’ai une force intérieure qui est immense. J’accepte les critiques. Cela fait partie des étapes, c’est ce qu’on appelle un cheminement », a expliqué le vainqueur de la CAN.

Facebook
Twitter
email
Whatsapp