OM : Le high kick de Patrice Evra a fait du bien à Adil Rami

Patrice Evra a filé un beau conseil à Rami par son high kick
Par Loua Joel
Publié le 27 janvier 2018 à 13:17 | mis à jour le 27 janvier 2018 à 13:17
Résultats

Patrice Evra a administré un high kick au visage d’un supporter marseillais à Guimaraes le 2 novembre dernier. Si ce geste a coûté son licenciement de l’OM au latéral gauche, Adil Rami, lui, en a bien profité.

Une atmosphère rendue pénible par le high kick de Patrice Evra

Adil Rami n’a sans doute pas compris pourquoi Patrice Evra avait assené un bon coup de pied à la tête d’un supporter marseillais qui l’insultait. C’était le 2 novembre dernier, peu avant le match de Ligue Europa entre le Vitória Guimarães et l’Olympique de Marseille (1-0). Le défenseur central olympien a reconnu que c’était un instant pénible pour le vestiaire.

« Ah, c’était compliqué… Quand j’ai vu ça, je me suis dit : "Oh la la…" J’étais étonné, c’est dur de vivre un moment comme ça. Après le match, on a mangé tous ensemble à l’hôtel car on dormait sur place. J’étais à côté de lui, il avait la tête baissée, il pensait. Il y a eu quelques blagues, mais c’était nerveux car c’était un jour noir. On le piquait sans piquer : "Bruce Lee, qu’est-ce que tu as fait ?" Je ne voulais pas lui demander pourquoi il avait fait ça, c’était trop tard, ça ne servait à rien », s’est souvenu l’ancien du FC Séville dans La Provence.

Adil Rami prévenu par le high kick de Patrice Evra

Mais Adil Rami, qui est un homme intelligent, sait qu’il faut tirer leçon de ce qui arrive aux autres. après s’être mis à la place de son ex-coéquipier, l'ex-Lillois s’est juré de faire en sorte que cela ne lui arrive jamais à ton tour.

« Je me mettais à sa place pendant que je mangeais, et je me suis dit : "Putain, tout va trop vite dans le football, ça part en couilles d’une minute à l’autre…" J’ai eu des frissons sur l’instant. Je suis impulsif moi aussi, je me suis dit : "Fais attention, tu ne peux pas savoir ce qui peut se passer demain, sois réfléchi." J’ai préféré prendre ça comme un exemple, et en parler aux jeunes : "Tu peux faire le beau, mais le lendemain tu peux ne plus être personne…" Lors du repas, j’ai vu qu’il avait compris qu’il avait fait une erreur. Mais qu’est-ce que tu voulais lui dire ? », a expliqué le joueur de 32 ans avant de conclure : « C’est le mec le plus expérimenté du groupe, le plus mature… Ça ne servait à rien de lui parler. »

Le Franco-Marocain doit une fière chandelle à l’ancien Turinois.

Facebook
Twitter
email
Whatsapp