OM : Riolo et Ménès unanimes après le saccage du Parc des Princes

Riolo et Ménès jettent déjà l’éponge pour ce qui est de lutter contre les interdictions de déplacement des supporters

Les 400 supporters marseillais autorisés à faire le déplacement ont saccagé le parcage visiteur du Parc des Princes lors du Classique entre le PSG et l’OM (3-0), mercredi soir en quart de finale de la coupe de France. Daniel Riolo et Ménès sont unanimes devant cette attitude vraiment consternante : il sera désormais très difficile de se plaindre contre les interdictions de déplacement des supporters que les autorités préfectorales brandissent à tout bout de champs.

Riolo et Ménès ne sont plus chauds pour lutter contre les interdictions des supporters

Ils étaient de ceux qui élevaient volontiers la voix pour demander aux autorités de ne pas interdire abusivement les déplacements des supporters. Les voix de Riolo et Ménès avaient-elles commencé à porter ?

Toujours est-ils que, après s’être opposées au déplacement des supporters marseillais au Parc des Princes dimanche en conclusion de la 27e journée de Ligue 1, les autorités préfectorales leur ont permis de se déplacer mercredi soir pour le quart de finale de la coupe de France. Mal leur en a pris.

Les 400 fans olympiens autorisés à se déplacer ont eu une façon assez particulière de remercier leurs bienfaiteurs. Ils ont tout simplement vandalisé le parcage visiteur du Parc des Princes. Après avoir brisé les sanitaires, ils s’en sont servis comme des projectiles en direction des fans parisiens situés dans la tribune latérale.

Pour la cerise sur le gâteau, après les fumigènes allumés avant et pendant le match, les deux camps s’étaient donné rendez-vous pour en découdre en fin de partie. Fort heureusement, ce pugilat programmé n’a pas eu lieu, et ce grâce la vigilance des policiers et des CRS. Autant d’impairs après lesquels Daniel Riolo et Ménès ne croient plus possible de défendre aisément la cause des supporters face aux interdictions de déplacement.

« Compliqué de défendre le dossier des déplacements de supporters après ce qu’il s’est passé au Parc non ? On va parler d’amalgame et de je ne sais quoi encore ?? h oui maintenant ça va être la guerre à « qui a commencé », et puis on enchaine avec « il n’y avait pas assez de sécu », mais quand il y en a trop, c de la répression... allez le sketch habituel ! C’est parti », a regretté le journaliste de RMC sur son compte Twitter.

Quant à Pierre Ménès, il s’est avoué « démuni », ne trouvant plus d’argument à opposer aux autorités préfectorales qui interdisent constamment.

Nos deux célèbres confrères devraient pourtant savoir que le fait de lutter contre les interdictions systématiques de déplacement des supporters ne signifie nullement que quelques unes d’entre ces derniers ne vandaliseront jamais. Encore que la lutte n’est qu’à ces débuts. En fait, il faut expliquer aux préfets qu’il n’y a aucun intérêt à interdire systématiquement tout en demandant aux clubs de sensibiliser leurs supporters.

Ce n’est qu’à ce prix que le résultat sera atteint, un jour.