Dijon FCO : Olivier Dall’Oglio dézingue Marcelo Bielsa

Dall’Oglio ne trouve aucune valeur au jeu offensif de Marcelo Bielsa

Dans des propos accordés à L’Equipe, Olivier Dall’Oglio a expliqué que le système Bielsa ne tenait que sur le papier et non sur la pelouse. L’entraîneur du Dijon FCO en ensuite estimé que l’ex-technicien lillois n’a dû sa longévité sur le banc que grâce à sa nationalité argentine.

Bielsa, un ogre sur le papier

Olivier Dall’Oglio dit n’avoir pas de référence parmi ses homologues entraîneurs. S’il a prêté attention au système mis en place par Marcelo Bielsa, ce n’était pas par envie mais par simple curiosité. D’ailleurs, le système de l’ancien stratège du LOSC n’est séduisant que sur le papier. Sur la pelouse, c’est nul.

« Si j'ai des modèles ? Non, mais je suis très curieux. Par exemple, Marcelo Bielsa a toujours eu des idées différentes, qui étaient intéressantes. Sur le papier, c'est faisable, 90 minutes de pressing. Mais on joue avec des hommes, pas avec des machines », a-t-il expliqué avant de conclure : « Donc voilà, le système de Bielsa n'est pas valable. »

Bielsa épargné pour sa nationalité

Le patron du banc dijonnais s’est ensuite appesanti sur la durée de Marcelo Bielsa aux commandes du banc de l’OM puis du LOSC. Pour Olivier Dall’Oglio, l’ancien sélectionneur argentin n’a pas eu cette longévité sur les bancs en question du fait de ses compétences, mais de sa nationalité.

« En début de saison, j'ai vu un joueur qui disait : "C'est super, on fait deux heures de vidéo par jour". C'est idiot, deux mois après, il va dire : "C'est nul, on fait trop de vidéo », a-t-il raconté avant d’estimer : « Bielsa a duré à Marseille et à Lille. S'il avait été un entraîneur français, il aurait disparu au bout de quinze jours. On ne peut se permettre ce qu'il se permettait, ni dans le système de jeu ni dans la conception de certaines choses. Non seulement on aurait vite sauté, mais on ne serait jamais réapparu. »

On est curieux de voir le système que Dall’Oglio mettra sur pied pour vaincre l’OM, ce samedi à 17 heures…