OM : Podium, Garcia pose sa condition pour finir devant l’OL

Garcia appelle l’OM à remporter ses cinq dernières journées pour finir devant l’OL dans la course au podium

Dans sa déclaration d’après match entre l’ESTAC et l’OM (2-3), dimanche soir lors de la 33e journée de Ligue 1, Rudi Garcia s’est félicité de la victoire de ses joueurs. L’entraîneur des Marseillais n’a toutefois pas oublié de souligner que ces derniers doivent remporter les cinq dernières journées s’ils veulent finir devant l'OL dans la course au podium.

Garcia satisfait de la victoire à Troyes

L'Olympique de Marseille a ressenti le contrecoup de sa débauche d’énergie lors de sa brillante victoire sur le Red Bull Leipzig (5-2), jeudi dernier en quart de finale retour de la Ligue Europa certes. Mais cela n’a pas empêché les hommes de Rudi Garcia, menés au score deux fois, de l’emporter finalement sur la pelouse de l’Aube face à des Troyens qui n’ont pas du tout démérité. Une victoire obtenue très difficilement et pour laquelle le coach olympien n’a pas manqué de féliciter ses joueurs.

« Le groupe a répondu présent et mérite d'obtenir de grandes satisfactions. J'aime de plus en plus ce groupe. Il peut faire quelque chose de grand, mais pour l'instant il n'a rien gagné », a déclaré le technicien français en fin de partie.

Garcia invite l’OM a remporter les 5 dernières journées pour finir sur le podium

Si elle lui permet de rattraper l’OL aux points, la victoire à Troyes ne permet cependant pas à l’écurie phocéenne de devancer les Lyonnais dans la course au podium. C’est connu que les Gones, larges vainqueurs des Amiénois (3-0), ont un goal average plus intéressant. Mais pour Rudi Garcia, il n’y a pas lieu de désespérer. Ses hommes ont toujours la possibilité de finir devant la formation rhodanienne. Il leur suffirait pour cela de remporter les cinq dernières journées de Ligue 1.

« Je reste convaincu que si on gagne les cinq derniers matches, on sera devant Lyon », a assuré le natif de Nemours avant de conclure en guise de mise en garde : « Aujourd'hui ils se sont peut-être réjouis trop tôt. »