OM : Les Yankee exposent les 4 reproches qui leur sont adressés

Quatre reproches avancés pour la dissolution des Yankee Publié par Team Foot Sur 7 le 07 juin 2018 à 07:23

Guillaume Barthélémy était l’invité de l’After Foot sur RMC mercredi soir. Le porte-parole des Yankee a exposé les chefs d’accusation retenus contre son association et qui lui ont coûté d’être sanctionnée par l’Olympique de Marseille.

Le porte-parole des Yankee ne comprend rien au discours d’Eyraud

Jacques-Henri Eyraud et son staff ont retiré aux Yankee leur statut d’association officielle de l’OM. En clair, le club olympien ne reconnaît plus le groupe historique de supporters comme étant une de ses associations. Une sanction très claire. Mais pas aux yeux de Guillaume Barthélémy pour qui le président marseillais tient un discours flou.



« Ce que dit Eyraud n'est pas si clair que cela. Il y a son discours dans les médias, et les courriers que l'on reçoit. Ses motivations, on ne les comprend pas très bien », a-t-il d’abord estimé.

Le porte-parole du groupe dissout a ensuite expliqué que Jacques-Henri Eyraud avait vocation à écraser tout le monde autour de lui mais que cela ne se passerait pas ainsi avec les Yankee. « Sa personnalité méprise à peu près tout son entourage - partenaires, salariés - et les autres risquent de suivre », a-t-il pesté avant de prévenir : « Mais en aucun cas, l'association ne va disparaître, elle existera toujours. »

Quatre reproches faits aux Yankee

Guillaume Barthélémy a enfin exposé les accusations retenues contre les Yankee et qui leur coûtent d’être désormais dissout. Elles sont au nombre de quatre. « De nous être enrichis indûment à travers une campagne de communication avec Netflix, que Michel Tonini s'est fait voler sa carte bleue, qu'il y a eu du 'charbonnage' lors du match OM-OL, et d'avoir une dette envers le club », a-t-il énuméré.

On retient que pour le porte-parole, comme pour son président Michel Tonini, les Yankee continueront d’exister en tant que groupe de supporters marseillais. Sacré défi !