ASSE : Droits TV 2020-2024, Caïazzo menace les clubs de Ligue 1

Bernard Caïazzo, président de l'ASSE et du syndicat Première Ligue.

Bernard Caïazzo s’est félicité de la hausse considérable des droits télé de la Ligue 1 sur la période 2020-2024. Cependant, il met en garde les clubs sur l’utilisation de cette manne financière négociée et acquis par la LFP suite à un appel d’offres.

Mise en garde de Bernard Caïazzo sur l’utilisation des droits télé 2020-2024.

La LFP va toucher 1,153 milliard d’euros de recettes sur les droits TV de la Ligue 1 entre 2020 et 2024. Cela, grâce à l’acquisition de la diffusion du championnat de l’élite par l’Agence espagnole Mediapro.

Toutefois, il ne faut pas dépenser cet argent n’importe comment, mais le mettre au service du développement du football selon Bernard Caïazzo. Sinon, ce serait un échec pour le football français, surtout que ce contrat ne durera que 4 saisons pour le moment.

Dans un message assez clair, le président du conseil de surveillance de l'AS Saint-Étienne a mis les clubs professionnel en garde.

« Le principal danger consisterait à croire que nous sommes devenus riches, ce qui pourrait nous conduire à dépenser bêtement l'argent remporté sans créer de valeurs. Or, nous devons profiter de cette impulsion pour investir dans la qualité du spectacle, attirer de nouveaux partenaires économiques, faire entrer des investisseurs, mais également muscler nos équipes de direction des clubs avec des jeunes de qualité concernés par le développement des nouvelles technologies », a-t-il conseillé dans News Tank.

« Ces sommes additionnelles doivent nous servir à produire d'autres revenus indépendamment des droits TV. Car l'autre danger serait d'abandonner l'idée de la création d'une société de développement sous prétexte que l'appel d'offres a été une réussite.

La période est idéale pour aller chercher de nouveaux revenus. Il serait inconséquent de croire que les droits TV sont éternels, alors qu'ils n'ont été signés que pour quatre ans, jusqu'en 2024. (...).

Le 29/05/2018, nous avons certes gagné une bataille pour nous maintenir en vie, mais il ne faut pas nous reposer sur nos lauriers. La Ligue 1 reste en retrait par rapport aux quatre autres grands championnats, sauf à convaincre le gouvernement d'aligner nos charges sur celles de nos voisins, ce dont on peut évidemment douter », a expliqué Caïazzo, par nielleur président du syndicat Première Ligue.




Par ALEXIS
Publié le 08 juin 2018 à 12:16 | mis à jour le 08 juin 2018 à 12:17

Facebook
Twitter
email
Whatsapp