OM - Atlético : Mandanda répond à Garcia sur sa passe plein axe

Steve Mandanda ne sait pas ce que Garcia appelle responsabilité équitablement partagée

Steve Mandanda a accordé une interview à La Provence. L’occasion pour le gardien marseillais de s’exonérer de sa faute lors de la finale de la Ligue Europa entre l’Olympique de Marseille et l’Atletico Madrid (0-3).

Steve Mandanda ne tient pas sa passe pour une faute

L’OM était dans un temps fort quand Steve Mandanda a fait une passe plein axe à Zambo Anguissa. Ce dernier réceptionnant mal le ballon, Antoine Griezmann ne s’est pas fait prier pour ouvrir le score le du match. Mené 1-0, l’OM ne s’est plus retrouvé jusqu’à perdre finalement 3-0.

Bien sûr que le gardien marseillais a été pointé pour cette passe plein axe sur un joueur qui ne s’y attendait pas. Rudi Garcia avait même évoqué une responsabilité équitablement partagée entre le milieu de terrain camerounais et l’international français.

Une critique que ce dernier ne semble pas apprécier. Pour Steve Mandanda, sa passe en retrait n’était aucunement une faute. Il avait toujours fait de telles passes et cette fois le débat est né du simple fait que Zambo Anguissa n’avait pas bien réceptionné le ballon.

« Sincèrement, je ne la regrette pas. Après, c’est toujours pareil : il y en a qui parlent et jugent. Dans la saison, je l’ai fait plein de fois. Malheureusement, Frank a manqué son contrôle. S’il ne le loupe pas, ça passe: si je la mets loin, OK », s’est défendu l’ancien Eagle.

Mais si on veut le croire forcément fautif, Steve Mandanda l’accepte. Il ne fuit jamais ses responsabilités. « S’il y a besoin de trouver un coupable, pas de problème, je suis prêt à endosser cette responsabilité. J’assume toujours quand il le faut. Quand je fais une connerie, je le dis. Je suis au-dessus de tout ça, mais c’est dommage qu’on cherche à tout prix un coupable », a assuré le portier de 33 ans avant d’ajouter : « Ce sont des faits de jeu, c’est le foot. Malheureusement, celui-ci arrive au mauvais moment pour nous. On ne peut pas revenir en arrière et on ne peut pas changer. »

L’ancien Havrais devrait savoir que les débats naissent à la suite des problèmes…