OM - Mercato : L’ASSE soumet une nouvelle offre pour Cabella

L’ASSE veut conserver Rémy Cabella définitivement par le biais d’un prêt avec option d’achat obligatoire

L’ASSE voudrait conserver Rémy Cabella définitivement sans toutefois devoir payer les 12M€ réclamés par l’Olympique de Marseille. Alors, les recruteurs stéphanois ont trouvé une idée. Mais elle pourrait ne pas plaire aux dirigeants marseillais.

L’ASSE propose un prêt avec option d’achat obligatoire pour conserver Rémy Cabella

Rémy Cabella a été d’un apport inestimable dans la spectaculaire remontée de l’AS Saint-Etienne lors de la seconde moitié de la saison. Alors pas étonnant que les recruteurs ligériens veuillent conserver définitivement le milieu offensif, arrivé de l’OM l’été dernier sur la base d’un prêt sans option d’achat.

Ce n’est pas un problème pour Rudi Garcia qui ne fait pas du retour de l’ancien Montpelliérain une priorité pour le renfort de son effectif. Mais les responsables olympiens ont une conception plus nuancée du dossier. Tout comme leur entraîneur, Jacques-Henri Eyraud et son staff ne remueraient pas ciel et terre pour le retour de Rémy Cabella. En revanche, ils n’attendent pas moins de 12M€ des Stéphanois si ces derniers veulent conserver le joueur définitivement.

Les recruteurs foréziens, eux, se déclarent en mesure de ne pouvoir payer qu’entre 6 et 8M€. Devant le refus des responsables phocéens, Bernard Caïazzo et son staff auraient alors trouvé une idée géniale. But ! explique qu’il s’agit d’un prêt assorti d’une option d’achat obligatoire. L’ASSE conserverait Rémy Cabella et l’OM serait assuré d’encaisser l’argent plus tard. Dit de la sorte, il n’y a pas de problème.

Mais la réalité semble plus complexe. D’abord, le montant de l’option d’achat n’est pas fixé d’avance. Il faudrait le négocier lors de la dernière année du contrat de l’ex-Magie. Rien ne garantit qu’il donnera satisfaction aux Marseillais. Par ailleurs, les caisses olympiennes ne devraient rien attendre de cet accord que dans un an.

C’est bien là une proposition qui ne devrait pas rencontrer l’assentiment des Provençaux.