Équipe de France : Bayern, Tolisso répond à ses détracteurs

Corentin Tolisso, milieu de terrain des Bleus formé à l'OL.

Recruté par le Bayern Munich l’été dernier, Corentin Tolisso s’est installé dans l’Équipe de France. Il est parmi les 23 Bleus en Russie à la Coupe du monde 2018. Il avoue que les critiques à son encontre sont liées à plusieurs facteurs. Il évoque l’OL qui n’est pas forcément un club très aimé en France ».

Corentin Tolisso estime que c’est « le regard des gens sur lui qui a changé ».

Corentin Tolisso pourrait être titulaire contre l’Uruguay en quarts de finale de la Coupe du monde, vendredi, en l’absence de Blaise Matuidi suspendu. Titulaire contre l’Australie (2-1) lors du premier match de l’Équipe de France en Russie, le milieu de terrain formé à l’Olympique Lyonnais n’avait pas joué face au Pérou (1-0) et le Danemark (0-0).

En revanche, il était entré en jeu contre l’Argentine (4-3) en 8e de finale. Dans L’Équipe, Tolisso avoue qu’il est toujours le même, malgré son gros transfert au Bayern Munich pour plus de 40 M€. Il estime que c’est plutôt « le regard des gens sur lui qui a changé ».

« C’est lié à plusieurs facteurs. Déjà, je pense que l’OL n’est pas forcément un club très aimé en France. Après, il y a eu plusieurs situations où on a pu se dire que j’étais un chercheur de merde. Mais je n’en suis pas un. Ce sont des situations qui sont venues comme ça et ça a fait du buzz.

Aujourd’hui, je me dis que j’ai peut-être mal réagi, que je n’aurais pas dû faire certaines choses. Je me remets en question. J’essaie de comprendre pourquoi les gens avaient cette image de moi. Mais je vois que ça a un peu évolué dans le bon sens, alors que je n’ai pas changé grand-chose. Je suis resté le même. Je suis juste allé au Bayern et voilà… », a confié le Tricolore au journal de sport.

Pour rappel, Corentin Tolisso avait été appelé pour la première fois chez les Bleus en mars 2016, pour les matchs contre le Luxembourg et l’Espagne. Il avait été titulaire pour la première fois contre la Roja, en amical, le 28 mars au Stade de France. Il était encore entre Rhône et Saône.