EdF : Selon Griezmann, Rami « est toujours le premier à déconner »

Griezmann se souvient de l’ambiance que Rami est toujours le premier à créer en Equipe de France Publié par Team Foot Sur 7 le 05 septembre 2018 à 13:00

Adil Rami s’est servi d’un extincteur pour créer la gaité en Equipe de France. Si Didier Deschamps a moyennement apprécié la plaisanterie, Antoine Griezmann estime en revanche que cela a contribué au maintien d’une bonne ambiance parmi les joueurs.

Adil Rami « toujours le premier à déconner pour maintenir une bonne ambiance » à en croire Griezmann

Les faits remontent au Mondial russe. Adil Rami n’avait pas trouvé mieux qu’un extincteur pour disperser des coéquipiers qui faisaient un peu trop de bruit selon lui. Bien sûr que la première réaction pour ceux qui n’étaient pas dans le secret des dieux, ç’avait été de venir aux renseignement, l’air terrifié. C’est vrai que l’utilisation de l’extincteur, en plus dans un immeuble, est toujours associée à un incendie… Et un incendie, on ne badine pas avec.

Fort heureusement, c’était Adil Rami qui s'était se livré à une plaisanterie de mauvais aloi certes, mais une plaisanterie quand-même, plutôt qu’un vrai incendie… « S'il manie bien les extincteurs ? (Il se marre.) J'étais dans ma chambre en train de jouer à Fortnite et là, j'entends un bruit, tout le monde qui crie, les sirènes... Alors, je suis sorti et j'ai vu tout le monde déjà dehors », raconte Antoine Griezmann dans L’Equipe.

Mais pour l’attaquant des Bleus, le défenseur central venait une fois de plus de se montrer fidèle à un de ses traits de caractère : être toujours le premier à apporter la joie dans le groupe. « Mais oui, Adil a été bon, il y a des joueurs qui ne jouent pas et boudent. Lui est toujours le premier à déconner pour maintenir une bonne ambiance dans le groupe », s’est félicité le buteur de l’Atletico Madrid.

Quant à Didier Deschamps, il n’avait pas vu que le bon côté de la plaisanterie d’Adil Rami. En bon coach, le sélectionneur français n’a pas manqué de sermonner le défenseur marseillais. Qui s’est ensuite excusé.

« Le coach a vu Adil et les cadres après, je pense, pour prévenir qu'il fallait quand même faire un peu attention. Adil s'est excusé auprès de tout le monde, le lendemain, à table, et même là, tout le monde a rigolé », a témoigné le natif de Mâcon avant de conclure : « C'est super bien passé. Le coach a su gérer les mauvais et les bons moments, ce qui lui a permis d'avoir un groupe qui donnait tout. »

Tout est bien qui finit bien.