PSG: Football Leaks, le club répond aux révélations de Mediapart

Nasser Al-Khelaïfi, président du PSG, et son directeur général Jean-Claude Blanc. Publié par JEAN-LUC D le 03 novembre 2018 à 09:45

Selon la nouvelle saison des Footballs Leaks, Michel Platini et Gianni Infantino, les deux hautes autorités de l’UEFA à l’époque des faits, auraient aidé le PSG à passer entre les filets du Fair-Play Financier en couvrant un dopage financier de 1,8 milliard d’euros du Qatar. Le club de la capitale a répondu à ces accusations de Mediapart.

Le PSG a toujours agi dans le respect absolu des lois.

D’après Mediapart, depuis 2011 le Qatar a injecté de manière illégale 1,8 milliard d’euros dans les caisses du Paris Saint-Germain avec l’aide du président de l’UEFA de l’époque, Michel Platini, et son secrétaire général Gianni Infantino, aujourd’hui à la tête de l’institution européenne. Des accusations rapidement battues en brèche par l’écurie francilienne dans un communiqué officiel publié sur son site internet.



« Le Paris Saint-Germain a toujours agi dans le respect absolu des lois et des réglementations édictées par les institutions sportives. Le Club s’est toujours strictement conformé aux lois et réglementations en vigueur et dément fermement les allégations publiées ce jour par Mediapart. Le montant du contrat QTA est connu de l’UEFA et du grand public depuis 2014.

En 2014, l’UEFA a confirmé que notre contrat avec l’office du tourisme du Qatar assurait la promotion et le rayonnement du pays. Le principe de ce contrat est simple : aujourd’hui, les résultats positifs du PSG sont systématiquement associés au Qatar et profitent directement à son image. Depuis la mise en place du Fair-Play Financier, le Paris Saint-Germain a été l’un des clubs les plus audités et les plus surveillés de l’histoire.

En plus de ses propres auditeurs, KPMG puis PWC, le Club a accueilli en son siège plusieurs auditeurs mandatés par les instances du football. Au cours des sept dernières années, celles-ci ont ainsi toujours bénéficié d’une information complète sur les comptes et les contrats du Club. Les échanges avec les membres des chambres de l’Instance de Contrôle Financier des Clubs (ICFC) se font dans le cadre prévu par les statuts de l’UEFA.

Sur cette base, l’UEFA statue ensuite en toute indépendance. La sévérité des décisions rendues au sujet du Paris Saint-Germain le démontre. Le Paris Saint-Germain comprend et approuve la volonté d’assainir les dettes du football européen et appelle à une réglementation juste qui permette l’équité sportive et facilite l’investissement durable dans le football. La France est en pointe sur ces sujets.

La Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG) a établi dès 1984 des règles et des obligations strictes qui vont au-delà de celles de l’UEFA et qui ont fait la preuve de leur efficacité à encadrer la gestion des clubs », a écrit le PSG.