EA Guingamp : Kombouaré exprime sa déception suite à son limogeage

Antoine Kombouaré, coach de l'AS Monaco

Antoine Kombouaré a été viré ce mardi et remplacé provisoirement par le duo Vincent Rautureau - Sylvain Didot. Déçu par son échec, le coach avoue qu’il est « surpris » par la décision des dirigeants de l'EA Guingamp.

Antoine Kombouaré « surpris et déçu » après son limogeage.

Antoine Kombouaré espérait bien poursuivre sur le banc de l’EA Guingamp, actuelle lanterne rouge de Ligue 1, afin de redresser la barre ou au pire des cas, sauver le club de la relégation. Mais il a été limogé, ce mardi, après la lourde défaite contre le FC Nantes, dimanche (5-0).

Le duo de coachs Vincent Rautureau - Sylvain Didot a été désigné en interne pour assurer l’intérim, en attendant la nomination d’un nouvel entraineur. Le technicien kanak a réagi à son licenciement. Il se dit surpris par la décision des responsables du club breton.

« J’ai quand même été surpris », a-t-il déclaré dans Team Duga sur RMC. Dernier du championnat après 12 journées, Kombouaré avait espoir que le club pouvait redresser la situation.

« On savait depuis le début que cela allait être compliqué et on s’apprêtait surtout à travailler et jouer le maintien jusqu’à la dernière journée. C’était le mot d’ordre de tout le monde au club. J’ai été surpris et déçu.

Pas déçu par la décision du président, mais parce que je suis un compétiteur. Et j’avais le sentiment – que j’ai toujours – qu’il y avait la place pour aller chercher cette 18e place puis cette 17e place », a-t-il expliqué sur la radio.

Pour justifier les mauvais résultats qui ont précipité son renvoi, l’ancien coach du PSG a fait cas de joueurs clés blessés.

« J’ai beaucoup de blessés et pas des moindres avec Marcus Thuram, Rony Rodelin, Nolan Roux… J’ai une équipe très jeune. Ce n’est pas une excuse, mais je me sentais capable, j’avais l’énergie, la force et la confiance pour aller chercher cette 17e place tranquillement », a insisté Antoine Kombouaré, avant de finir par accepter la décision de ses patrons.

« Après, je peux comprendre, en étant dernier depuis un moment, que le président ait moins confiance en moi. J'ai acté la décision. Bien sûr que je n'étais pas content sur le coup, mais j'accepte la décision ».

Notons que l'En Avant compte 7 points, soit 1 victoire, 4 matchs nuls et 7 défaites.