PSG : Fichage ethnique, la réaction de la ministre des Sports.

Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a réagi à l'affaire des fichages ethniques au PSG.

L’affaire du fichage ethnique mis en place par certains recruteurs du PSG dans le recrutement de jeunes joueurs commence déjà à prendre des proportions très inquiétantes. Après les révélations des Footballs Leaks, le gouvernement français a réagi par la voix de Roxana Maracineanu, ministre des Sports.

Maracineanu : « il est indispensable de faire la lumière sur cette affaire » au PSG.

Après les accusations de fraude sur le Fair-Play Financier rapidement démenti en très haut lieu au niveau des instances du football européen et mondial, voici une nouvelle affaire qui fait trembler désormais le Paris Saint-Germain. Depuis la publication des révélations de Médiapart concernant les Footballs Leaks, les déclarations s’enchaînent et les langues se délient déjà.

D’après les documents glanés par le média d’investigations, Marc Westerloppe, responsable de la cellule de recrutement en province, et à l’étranger entre 2013 et début 2018, a mis en place des fiches ethniques utilisées pour le recrutement de jeunes joueurs pour le compte du Paris Saint-Germain. Des fiches qui comprenaient des sections « origine » avec quatre possibilités : « Français », Maghrébin », « Antillais » et « Africain ».

Une information qui est remontée jusqu’au gouvernement puisque la ministre des Sports Roxana Maracineanu a réagi dans un communiqué.

« En tant que ministre des Sports, je veux exprimer ma consternation suite aux révélations parues aujourd’hui dans les médias. Si ces faits de discrimination sont avérés, ils sont passibles de sanctions disciplinaires voire pénales. On ne peut pas tolérer que des personnes soient identifiées, recrutées selon leur couleur de peau ou leur origine. C’est pourquoi il est indispensable de faire la lumière sur cette affaire.

J’ai donc demandé au président de la Fédération française (FFF) (Noël Le Graët) ainsi qu’à la présidente de la Ligue professionnelle (LFP) (Nathalie Boy de la Tour) d’examiner ce dossier dans les plus brefs délais et plus largement, de faire des recommandations pour changer les mentalités et combattre ce type de comportements sur et hors des terrains de sport. L’État se réserve la possibilité de donner toutes suites utiles à cette affaire », a déclaré la représentante du gouvernement français.