En deux années à VfL Wolfsburg, Paul-Georges Ntep ne s’est toujours pas imposé dans l’équipe des Loups. Cette saison, il n’a pas encore disputé le moindre match en Bundesliga, après les six mois passés à l’ASSE lors de la phase retour de l’exercice 2017-2018. Du coup, l’attaquant Franco-Camerounais commence à se poser des questions sur son avenir. Il songe à un départ dans un club qui correspondrait à ses aspirations.

Paul-Georges Ntep « prêt à accepter un nouveau challenge en France ou ailleurs ».

À cause de ses soucis physiques, Paul-Georges Ntep n’avait pas réussi à emballer les responsables de l’AS Saint-Étienne qu’il avait rejoint en prêt en janvier 2018 jusqu’à la fin de la saison dernière. Il avait pourtant pris part à 13 bout de matchs de Ligue 1 pour 5 titularisations, soit un cumul de 512 minutes de jeu. Il avait cependant inscrit un but. Mais à la fin de son bail de six mois, il était retourné au VfL Wolfsburg où il est sous contrat jusqu’en juin 2021.

Mais sa situation compliquée l’oblige à lorgner d’autres horizons, même s’ils ne sont pas forcément dégagés.

« Le mercato hivernal est un mercato compliqué. Ça dépendra si des équipes ont des besoins qui correspondent avec les miens. Je serai prêt à accepter un nouveau challenge. Que ce soit en France ou ailleurs, j’ai envie de jouer. Il me faut un projet dans lequel j’ai le temps de m’épanouir, de retrouver des sensations et redevenir important dans un collectif qui compte sur moi », a exprimé Ntep dans un interview sur beIN Sports.

Compte tenu de ses soucis physiques récurrents du joueur de 26 ans, il est possible que certains clubs hésitent à penser à lui. Il en est conscient, mais il est certain qu'il brûle d'envie de retrouver le terrain.

« Oui, les clubs peuvent avoir des appréhensions. Ce que je peux dire, c’est que je suis mort de faim, j’ai envie de jouer et de retrouver la compétition. Je connais le football. Je sais mes qualités, ce que je peux apporter et sur quoi je dois encore travailler », a rassuré le Franco-Camerounais, avant de finir par sa réponse pour les possibles offres pour cet hiver.

« Je laisse mon agent gérer les éventuelles propositions. La seule chose qui est importante, c’est la santé. Le reste, ça viendra quand ça viendra » a indiqué Paul-Georges Ntep.