OM - Mercato : Di Meco fait son mea culpa sur Kevin Strootman.

Kevin Strootman, milieu de terrain de l’OM.

En septembre dernier, Eric Di Meco s’était littéralement enflammé après la signature de Kevin Strootman à l’OM. Trois seulement après après applaudit des deux mains pour le milieu de terrain néerlandais, l’ancien défenseur marseillais semble déjà regretter.

Di Meco : « Strootman ? À l’arrivée, il est catastrophique. »

« Faire venir Strootman, c'est un exploit que l'on doit à Rudi (Garcia). Avant de se blesser, il était promis au Barça ou au Real. Malgré sa blessure, il fait une saison énorme l'an dernier avec la Roma. Quand je l'ai vu arriver, j'ai halluciné, je n'y croyais pas. (...) Luiz Gustavo est l'un des rares que tu peux mettre à Paris et qui les feraient progresser. Pareil pour Strootman, il ne dépareillerait pas », s’était réjoui Eric Di Meco, à l’arrivée de l’ancien pensionnaire de l’AS Rome à l’Olympique de Marseille pour 30 M€.

Mais le consultant sportif avoue aujourd’hui qu’il a totalement été leurré par l’international néerlandais de 28 ans. « Le recrutement qui doit justement t’amener la bouffée d’oxygène. Moi je n’avais pas de doute sur Strootman, et à l’arrivée, il est catastrophique. L’an dernier, sur les matchs où je l’avais vu, en Ligue des Champions, il avait été énorme…

Le renouvellement qui devait venir par le recrutement ne s’est pas fait. Entre ceux qui ne sont pas au niveau, des petits jeunes, et lui qui n’est pas à son niveau et, surtout, ça se sait dans le vestiaire, qui a un très gros salaire, plus gros salaire du vestiaire, d’après ce que j’ai compris », a expliqué Di Meco sur les ondes de RMC.

« Le mec arrive et il est moyen. Tout ça donne une espèce de bouillie. Et ce fameux milieu de terrain que j’attendais. Je me suis viandé, mais complètement. Sanson-Gustavo-Strootman, je n’arrêtais pas de dire, parce qu’on ne l’a pas vu, qu’il y avait des blessés, que ce milieu de terrain allait me plaire. Hé ben… Du coup, la saison peut être très longue.

Par exemple, Strootman a été nul, hier soir. Il faut le sortir. Attention cependant à ceux qui font haro sur le baudet, car tu gagnes trois matchs, tu passes pour une truffe », a-t-il ajouté.