PSG : UEFA, FPF, les dessous de l’appel auprès du TAS dévoilés.

Nasser Al-Khelaïfi, président du PSG, en compagnie du président de l'UEFA.

Excédé par l’enquête de l’UEFA concernant le Fair-Play Financier, le PSG a saisi récemment le Tribunal Arbitral du Sport (TAS). Ce vendredi, le journal Le Parisien explique la vraie raison de cette action de Nasser Al-Khelaïfi.

Le PSG conteste en fait le calendrier suivi par la chambre de jugement.

Il y a quelques semaines, le Paris Saint-Germain a décidé de saisir le TAS dans le cadre de l'enquête de l'UEFA concernant le Fair-Play Financier entamé au lendemain des transferts records de Neymar et Mbappé.

En effet, suite à un examen des comptes en juin dernier, le Champion de France avait été blanchi, mais l'enquête a été rouverte et renvoyée à la chambre des jugements de l'instance européenne, qui n'a pas statué et a repris le dossier au départ en réclamant des investigations plus approfondies.

D’après le quotidien régional, « le PSG conteste le calendrier suivi par la chambre de jugement » qui « n’aurait pas respecté le règlement des procédures du fair-play financier qui lui offre un délai de dix jours pour réexaminer à son initiative le résultat d'une instruction », en à croire les explications d’Alain de Rougé, avocat spécialiste des questions d’arbitrage et de contentieux, dans les colonnes du Parisien.

« Oui, c'est complexe, on vous l'accorde. Et c'est le terme "réexaminer" qui est au coeur des débats et de la plainte du PSG. La chambre de jugement pourrait avoir dépassé ce délai. Le texte contient une ambiguïté et le PSG tente de jouer là-dessus », ajoute-t-il. En attendant le résultat de l’appel, espéré début 2019, la procédure du fair-play financier qui vise le PSG est suspendue.