Andrézieux - OM : Bryan-Clovis Ngwabije raconte son but

Bryan-Clovis Ngwabije surpris d’avoir ouvert le score fasse à l’OM

Bryan-Clovis Ngwabije a été l’auteur de l’ouverture du score lors du match entre l’ASF Andrézieux-Bouthéon et l’Olympique de Marseille (2-0) dimanche en 32es de finale de la coupe de France. Une prouesse dont il a lui-même été le tout premier à être surpris.

Bryan-Clovis Ngwabije n’en revient pas d’avoir marqué un but contre l’OM

C’est déjà une grosse surprise que l’ASF Andrézieux-Bouthéon batte l’OM. Mais c’est sûr que le plus surpris de tous, c’est Bryan-Clovis Ngwabije. Défenseur central, son rôle premier n’est pas de marquer des buts, encore moins face à des Marseillais, plus aguerris que les Andréziens quoi que l’on dise.

Mais Bryan-Clovis Ngwabije a bien ouvert le score de le rencontre. Un exploit qui l’a porté aux anges certes, mais dont il a lui-même été très étonné.

« Ça va trop vite. C’est dur de décrire ce qu’il se passe ! Au départ, il bloque ma course et je ne peux pas partir. Mais la balle vient tellement bien que j’ai juste cherché à faire ce jump. Moi, sur le coup, j’avais même pas vu que Mandanda était sorti. C’est en regardant les vidéos que j’ai vu qu’il était là. Sinon, si personne me le dit... », a confié à sofoot le joueur formé à l’Olympique Lyonnais.

Bryan-Clovis Ngwabije a ensuite ajouté : « Je tombe parce que Mandanda me met une droite en sortant. Mais je ne l’ai pas sentie, je savais juste à ce moment-là que j’avais bien tapé la balle et fait une tête piquée. Après, je ne voyais plus rien. »

Et le défenseur andrézieux de raconter l’anecdote suivante : « Je n’y crois pas, parce que je n'avais pas arrêté de parler du fait que si je marquais ou si c’était mon pote Lenny (Leonil, le buteur, N.D.L.R.), on allait faire une célébration. La danse et tout, on ne faisait que de parler de ça ! Ma cousine, je lui disais : « Oh Karine, je fais quoi ? Vas-y, je vais tout faire, si je marque, je fais tout ! Toutes les danses du moment ! » » avant de conclure : « C’était un moment inimaginable, je n’y croyais pas du tout. »