OM : Crise, McCourt lâche sa toute première décision

Frank McCourt pourrait sévir en cas de défaite contre l’AS Monaco

L’Olympique de Marseille est dans le dur depuis le début de la saison. Mais Frank McCourt n’est pas pressé de sévir. En revanche, le propriétaire de l’écurie phocéenne a décidé que ses joueurs se surpassent dimanche contre l’AS Monaco.

Frank McCourt attend une victoire contre les Monégasques

L’OM est en crise. Ce mot, qui faisait peur au début, est désormais employé beaucoup plus facilement pour qualifier la situation que vit le club olympien depuis le début de la saison pour ses contre-performances, aggravées par la défaite contre l’ASF Andrézieux-Bouthéon (0-2) en 32es de finale de la coupe de France.

Jacques-Henri Eyraud et, surtout, Rudi Garcia sont pointés comme les principaux responsables de cette spirale infernale. Nombreux, à commencer par les supporters, sont ceux qui réclament à Frank McCourt le limogeage du président et de son entraîneur.

Mais l’homme d’affaires américain n’est pas du genre à se précipiter dans la prise de décision. Il sait que la situation est souvent fluctuante en sport. « Frank est un combattant. Il sait qu’il peut y avoir des hauts et des bas. C’est le sport », a expliqué un de ses proches dans laprovence.

Mais qu’on ne s’y trompe point ! Qu’il garde sa sérénité face aux mauvais résultats de son écurie au point de n’avoir pas encore sévi ne signifie nullement que Frank McCourt est insensible à la situation. « Mais il n’est évidemment pas satisfait des résultats… », a confié le proche avant d’indiquer : « Il n’est pas que le propriétaire, il est aussi le steward, celui qui donne les orientations. »

Reste que le milliardaire bostonien semble avoir déjà tracé une ligne rouge à ne pas franchir : une défaite contre l’AS Monaco dimanche (21h) lors de la 20e journée de Ligue 1. « Il attend des joueurs qu’ils montrent leur valeur et leur caractère dimanche contre Monaco », a prévenu l’interlocuteur du média régional.

S c’est une menace qui ne dit pas son nom, nul n'ose imaginer les conséquences d'une défaite contre les Monégasques. A bon entendeur, salut.