OM : Rudi Garcia sort ses quatre vérités sur la crise

Rudi Garcia tient encore la barre

Rudi Garcia était présent en conférence de presse ce vendredi. Il s’est longuement épanché sur la crise que vit l’Olympique de Marseille depuis le début de la saison et plus particulièrement depuis la défaite face à l’ASF Andrézieux-Bouthéon (0-2) dimanche en 32es de finale de la coupe de France.

Rudi Garcia dit tout sur la crise à l'OM

Rudi Garcia vit une crise où tout n’est cependant pas noir. Cette situation lui permet d'y voir clair désormais dans ses soutiens indéfectibles.

« Il y a des choses positives dans ces moments difficiles : vous voyez qui sont vraiment les gens qui vous soutiennent et vous apprécient. J'ai reçu beaucoup de messages de soutien, je les remercie publiquement », a-t-il révélé.

Pour juguler la crise, Rudi Garcia a instauré de nouvelles règles, plus strictes, dans le vestiaire. Des règles destinées à faire réfléchir les joueurs et consistant en des privations.

« On a changé des règles de vie. Le but c'est de faire réfléchir les joueurs, on a fait beaucoup pour eux, maintenant on leur a enlevé des choses : dans la difficulté, il y en a parfois qui se révèlent », a confié l’entraineur marseillais avant de recommander la loi de l’omerta sur les propos de vestiaire : « Par contre un vestiaire, c'est sacré, ce qui se dit entre nous ne doit pas en sortir. »

Un autre moyen de sortir de la crise devrait être de rester vigilant face à la presse, dont les informations ne sont pas toujours fondées et sont même parfois destinées à nuire. « Il faut rester lucide et positif et ne pas se faire polluer par l'environnement médiatique », a prévenu le technicien français.

Pour ce qui serait de son limogeage, Rudi Garcia voudrait qu’on n'y pense même pas. Car il est convaincu d’être celui qui fera sortir l’écurie phocéenne de la spirale infernale.

« Je suis le capitaine du navire, je tiens la barre, j'essaye de faire profiter de mon expérience. Je crois en ce groupe-là. Il y a une cohésion. Et, moi, je pense être l'homme de la situation pour emmener l'OM là où il doit être et pour gagner dimanche. Je donne le meilleur de moi-même, et même plus que ça… », a-t-il assuré.

Il a beau rassurer, Rudi Garcia est conscient que la défaite face à l’ASF Andrézieux-Bouthéon ne passe pas. « C'est une faute professionnelle de s'être fait éliminer par Andrézieux. C'est le point noir de la saison », a-t-il avoué.

Enfin, Rudi Garcia se veut optimiste pour la suite de la saison. Mais avant, il faudrait ignorer les deux matches en retard pour se concentrer sur la réception de l’AS Monaco dimanche à 21h (20e journée de Ligue 1).

« Il nous reste le Championnat, mais tant qu'il y a ces deux matchs en retard on ne peut pas se situer », a rappelé l’ancien stratège lillois avant de conclure : « Il ne faut penser qu'à dimanche. »

Rendez-vous est donc pris dimanche soir au Vélodrome.