AS Monaco: Jardim livre son échange avec Vasilyev avant son départ

Leonardo Jardim, ex-coach de l'AS Monaco.

Leonardo Jardim a été viré de l’AS Monaco en octobre 2018, après 9 journées de champions et 2 matchs perdus en phase de poule de Ligue des Champions. Il avoue qu’il avait pourtant alerté les dirigeants du club sur l’effectif qui n’était pas étoffé sur tenir la route cette saison. Et le début de championnat catastrophique des Monarques lui a donné raison. Mais c’est bien le coach qui a payé pour les mauvais résultats. Trois mois et demi après son départ, le technicien portugais est revenu sur les circonstances de son limogeage.

Jardim, « on a réglé les choses (son départ, ndlr) en 5 minutes... ».

Leonardo Jardim a expliqué dans L’Équipe que tout est allé très vite avec Vadim Vasilyev, le vice-président du club, lors de l’échange qui a débouché sur son limogeage le 11 octobre dernier.

« J'avais parlé de la situation avec Vadim avant d'aller à Dortmund (en Ligue des Champions). Après, nous avons perdu (0-3, le 3 octobre), puis nous avons perdu contre Rennes à la maison (1-2, le 7 octobre). Pendant la trêve internationale, le vice-président m'a appelé (…). Là, j'ai dit : "Vadim, je ne peux pas emmener cette équipe en haut de tableau."

Il a pensé, peut-être, que j'étais un peu fatigué après quatre ans et demi et que quelqu'un de nouveau serait capable de changer les choses. Ça s'est passé de manière très amicale, très simplement. On a réglé les choses en cinq minutes, autour d'une table. Je lui ai rappelé : "Vadim, mon objectif c'est que le club prenne les meilleures décisions et qu'il atteigne ses objectifs’’ », a expliqué l’ex-entraineur du Rocher.

Leonardo Jardim avait dit ses 4 vérités à Vadim Vasilyev sur l'effectif.

« Quand j'ai déclaré en début de saison qu'avec cet effectif ce serait difficile d'atteindre les objectifs du club, j'en avais déjà parlé avec le président et avec Vadim. (...). Cette saison, on a eu deux ou trois blessures importantes et le mercato n'a pas été réussi, tout le monde le sait. Mais j'ai toujours laissé Vadim et le président à l'aise : ''si vous pensez que je suis le problème, c'est facile de régler les choses''.

Quand tu changes d'entraineur, ça peut provoquer le déclic. Mais la vérité, c'est qu'on avait besoin de prendre trois-quatre joueurs aguerris pour maintenir le niveau cet été, afin de compenser les départs successifs. Les responsables sont partis sur une autre option. Aujourd'hui, je vois une autre attitude lors de ce mercato d'hiver (arrivées de Cesc Fabregas et Naldo, notamment) », a poursuivi Jardim, déçu d’avoir été remercié de la sorte.

« Non, je n'étais pas content ! Nous avions de mauvais résultats, je n'ai pas atteint les objectifs du club ! Mais au bout de huit journées, j'ai regardé l'effectif, l'évolution des joueurs plus jeunes qui arrivaient, et j'ai dit, oui : "Je ne suis pas capable d'atteindre les trois premières places, ce sera très difficile de ne pas descendre." Je ne suis pas étonné que l'équipe soit toujours dans cette position (19e après 21 matchs joués) », a balancé le technicien de 44 ans.

Leonardo Jardim est toujours sans club depuis qu'il n'est plus le coach des Rouge et Blanc.