OM : Philippe Carayon se prononce sur la fin du huis clos

Philippe Carayon apprécie la fin du huis clos du Vélodrome mais regrette que le lanceur du pétard n’ait pas été identifié
Par Loua Joel
Publié le 15 février 2019 à 12:47 | mis à jour le 15 février 2019 à 12:47
Résultats

L’Olympique de Marseille a été sanctionné d’un huis clos total suite aux incidents survenus lors de la réception des Lillois. Pour Philippe Carayon, c’est finalement tout à fait raisonnable que la sanction ne soit pas allée au-delà d’un match mais regrettable que le lanceur du pétard n’ait pas été trouvé.

Philippe Carayon se félicite de la levée du huis clos

Un pétard avait été lancé sur la pelouse du Vélodrome lors de la réception du LOSC (1-2, 22e journée de Ligue 1). Un incident qui avait motivé la LFP à décider un huis clos total à titre conservatoire du Vélodrome. Autrement dit, on ne savait pas exactement quand cette sanction serait levée.

Mais elle s’est finalement limitée à une seule rencontre. C’était lors de la réception des Girondins de Bordeaux (battus 1-0) en match en retard de la 18e journée de Ligue 1. Un chiffre dont Philippe Carayon se félicite manifestement.

« L'OM s'en sort bien, oui. Cela étant, je pense que cela ne méritait pas plus. N'oublions pas qu'il ne s'agissait que d'un seul jet de pétard, d'une seule personne sur 60 000 personnes. Ils ont purgé leur match à huis clos contre les Girondins de Bordeaux, donc l'OM va retrouver son public et ça coïncide avec la fin des tensions entre le club et ses supporters, au moment où Marseille se remet à gagner », a expliqué le journaliste.

Philippe Carayon déçu qu’on n'ait pas identifié le lanceur du pétard

Mais Philippe Carayon n’est entièrement satisfait de la situation. Il regrette notamment qu’on n'ait pas pu identifier le lanceur du pétard. « En revanche, ce serait à désespérer que l'on ne parvienne pas à identifier l'auteur du jet de pétard lors du match contre Lille », a déploré le confrère sur le plateau du Late Football Club.

Le coupable peut s’estimer suffisamment chanceux de n’avoir pas été identifié…

Facebook
Twitter
email
Whatsapp