PSG : Al-Khelaïfi fait une importante annonce sur le FPF

Nasser Al-Khelaïfi, président du PSG.

En attendant la décision du Tribunal Arbitral du Sport (TAS), Nasser Al-Khelaïfi a parlé du Fair-Play Financier de l’UEFA. Si son écurie est sous le coup d’une enquête, le président du PSG ne semble pas du tout inquiet quant au verdict qui va être donné dans les tout prochains jours.

Al-Khelaïfi : « il n’a jamais été question d’inquiétude au sein de notre club. »

Selon plusieurs sources concordantes, le TAS devrait donner raison au Paris Saint-Germain et donc contraindre l'UEFA à valider les comptes du Paris Saint-Germain comme cela avait déjà été décidé par l’Instance de Contrôle Financier des Clubs (ICFC) après neuf mois d'investigations.

Interrogé par Le Dauphiné Libéré avant le déplacement de l’équipe parisienne à Saint-Etienne ce dimanche (21h), en clôture de la 25e journée de Ligue 1, Nasser Al-Khelaïfi a assuré n’avoir aucune inquiétude quant au Fair-Play Financier.

« Si je suis plus serein par rapport au fair-play financier ? Il n’a jamais été question d’inquiétude au sein de notre club. Suite à l’ouverture d’une procédure par l’UEFA en septembre 2017, sous la pression d’un dirigeant espagnol, qui a peut-être craint alors pour ses intérêts personnels, nous avons répondu point par point à toutes les questions de nos interlocuteurs. Nous avons participé à ces échanges réguliers dans la plus grande transparence et avec le plus grand sérieux apporté à nos réponses.

Soyez-en sûrs, notre club est géré avec le plus grand professionnalisme. Si tel n’était pas le cas, les plus grands joueurs du monde ne souhaiteraient pas venir chez nous. Et ils n’y seraient pas aussi épanouis qu’ils le sont aujourd’hui », a expliqué l’homme d’affaires qatarien, envoyant au passage un petit tacle à Javier Tebas, le président de la Liga Espagnole.

L'Equipe a récemment révèlé que la décision rendue par le Tribunal Arbitral du Sport dans le cas de Galatasaray a dû réjouir les dirigeants du PSG. En effet, le TAS a donné raison au club turc pour une affaire similaire. La chambre d'instruction de l'ICFC avait convenu d'un accord de règlement le 25 juin 2018 avant que la chambre de jugement ne décide le 5 octobre de rouvrir ce dossier.

Un timing trop long aux yeux du TAS qui a donc donné raison à Galatasaray et qui devrait donc probablement en faire de même avec le PSG.