PSG : Déclaration de l’UNFP sur la mise à pied d’Adrien Rabiot.

Adrien Rabiot a été mis à pied par le PSG.

Pour sa sortie en boîte de nuit après l’élimination de son équipe en huitième de finale de la Ligue des Champions face à Manchester United, Adrien Rabiot a été mis à pied par la direction du PSG. L'Union National des Footballeurs Professionnels (UNFP) a réagi à cette décision du club de la capitale.

L’UNFP sur Rabiot : « le PSG et Antero Henrique font n'importe quoi. »

Entre le Paris Saint-Germain et Adrien Rabiot, rien ne va plus. La semaine dernière, le milieu de terrain de 23 ans s'était fait remarquer en sortant en boîte de nuit après l'élimination de son club en huitièmes de finale de Ligue des Champions contre Manchester United (1-3). L'international français avait ensuite liké la vidéo de joie de Patrice Évra au Parc des Princes. Deux actes qui ne passent pas au sein de la direction parisienne.

Par conséquent, le joueur a été mis à pied jusqu'au 27 mars prochain, d'après les informations du journal L’Equipe. Une sanction qui s'ajoute à celle déjà en place depuis la mi-décembre, vu que Rabiot a été écarté du groupe de Thomas Tuchel par Antero Henrique. En fin de contrat en juin prochain, le milieu francilien s'apprête donc à quitter son club formateur par la toute petite porte.

Philippe Piat, le coprésident du syndicat des joueurs, prévient le club parisien et ses dirigeants qu'ils n'ont pas tous les droits. L’UNFP annonce qu'il prépare la riposte avec deux plaintes possibles, l'une contre le PSG, l'autre contre Antero Henrique, le directeur sportif de l’écurie du président Nasser Al-Khelaïfi.

« Le PSG et Antero Henrique font n'importe quoi, c'est du harcèlement. En France, il y a des règles de droit du travail. Les maladresses de Rabiot, que je ne cautionne pas, sont la conséquence des irrégularités du PSG et d'Antero Henrique (le directeur sportif du club parisien), qui ont été condamnées par la commission juridique de la Ligue. Il a été envoyé s'entraîner avec le groupe 2 de manière anormale, inconsidérée, contraire à l'article 507 de la charte du football professionnel, ce qui a conduit la commission juridique à demander sa réintégration.

Rabiot nous a saisis officiellement pour le défendre contre les attaques du PSG. On envisage une procédure, peut-être au pénal, contre Antero Henrique pour harcèlement et une autre devant les Prud'hommes contre le PSG pour non-respect des dispositions de son contrat », a déclaré le responsable syndical.

Affaire à suivre donc…