OM : Di Meco crache ses vérités sur la défaite à Paris

Eric Di Meco ne croit plus depuis longtemps à une victoire de l’OM contre le PSG

Eric Di Meco est bien amer pour cette énième défaite de l’OM contre le PSG. Mais il savait que les Marseillais ne pouvaient plus vaincre les Parisiens depuis le 2-2 au Vélodrome en octobre 2017.

Eric Di Meco n’a vu aucun engagement des Marseillais

Le choc entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille a encore tourné à l’avantage des Parisiens, vainqueurs 3-1. Eric Di Meco, qui est toujours attaché à son ancien club, en est d’autant déçu qu’il n’a senti aucune implication des Olympiens.

« Je vais vous dire la vérité, moi, j'avais peur de prendre une branlée. Parce qu'il y avait des génies chez nous qui avaient chambré après l'élimination du PSG, ce qui pouvait les réveiller. Ce n'est pas le scénario du match et ce que j'ai vu qui m'a fait changer d'avis, même au moment du nul. Je vais occulter le côté OM-PSG, match où il y a de la rivalité, de l'engagement. Hier, c'était un match pour rester au contact de Lyon, pour pouvoir faire cette fameuse Ligue des champions qui est le but du club et de nombreux joueurs. Et je n'ai pas vu ça hier soir. Je n'ai pas vu de rythme, d'engagement. Je m'en fous des rateaux et de roulettes. Tu repars propre de derrière en faisant quatre passes pour la redonner à Mandanda qui dégage, ça c'est merveilleux. Ce n'est pas ça de jouer, fais le pressing haut, va leur marcher dessus. La seule chance que tu as, c'est qu'ils aient un peu la tête dans le sac et que tu imposes un défi qu'ils ne veulent pas relever. Donc si tu ne fais pas un match à 120%, tu n'y arrives jamais », a regretté l’ancien latéral gauche marseillais.

Eric Di Meco ne croit plus l’OM capable de battre le PSG depuis nul d’octobre 2017

En octobre 2017, l’OM avait eu la possibilité de vaincre le PSG au Vélodrome. En effet, à quelques secondes de la fin de la rencontre, les Olympiens menaient 2-1 avant qu’Edinson Cavani ne rétablisse la parité avec un coup-franc magistral. Pour Eric Di Meco, ce nul de dernière seconde a depuis scellé la fin de toute possibilité pour l’OM de battre le PSG.

« Pour moi, pour gagner contre Paris, c'est un OM à 120%, et en face il faut que Paris fasse un match un peu moins bien. Et ce soir-là, il y avait tout, avec l'expulsion de Neymar et l'engagement des Marseillais. Et le lendemain, je disais ici: si on n'a pas gagné celui-là, on ne gagnera plus jamais contre Paris. C'est une expression bien sûr... Quand tu es à 2-1, à dix secondes de la fin et que tu ne le gagnes pas, c'est un signe pour moi », a estimé le consultant sur rmcsport.

Sombre prédiction, mais à laquelle les Marseillais n’ont malheureusement pas encore mis fin.