ASSE : Wahbi Khazri, un ancien arbitre a la solution à ses cartons

Wahbi Khazri, attaquant de l'ASSE. Publié par ALEXIS le 21 mars 2019 à 10:03

Wahbi Khazri a déjà récolté 10 cartons jaunes et un rouge cette saison. Jean-Louis Gasset lui avait pourtant demandé de calmer son tempérament et d’arrêter de protester devant les arbitres. Le coach de l’ASSE n’a pas utilisé la meilleure façon de faire selon, Georges Ramos, un ancien arbitre.

« Gasset doit calmer Wahbi Khazri par le dialogue » selon Georges Ramos.

Wahbi Khazri n’est pas défenseur. Cependant, il a pris plus de cartons que ses coéquipiers en défense. Et cela agace Jean-Louis Gasset. « C’est notre buteur. Mais, s’il ne peut pas jouer contre le Stade Rennais, c’est de sa faute », avait déploré l’entraineur de l’AS Saint-Étienne, avant le match de la 24e journée de Ligue 1.

« Neuf cartons jaunes pour un attaquant, c’est beaucoup trop. Je lui en ai parlé. Il y a parfois des cartons utiles. Mais, quand on est attaquant, c’est souvent quand on rouspète après l’arbitre que l’on est averti. Et ça ne sert pas à grand-chose. On a été assez pénalisés… », avait enfoncé le technicien des Verts.

Et son équipe avait perdu le match à Rennes (3-0), en l’absence de Khazri. Cependant, le Tunisien n’a pas changé son comportement. Il a pris un 10e carton jaune, puis un rouge contre le LOSC, « pour propos ou gestes blessants injurieux ou grossiers ».

Exclu à Lille, il a ensuite été suspendu par la Commission de Discipline de al LFP pour 3 matchs, dont un avec sursis. De quoi irriter encore plus Gasset. « La suspension de Wahbi est normale. Il le sait et on ne fait que le lui dire. Là, il va pénaliser l’équipe. À 28 ans, il doit réfléchir », avait-il asséné.

Georges Ramos, un ancien arbitre comprend la colère du coach des Stéphanois, mais il estime que ce dernier n’a pas les mots justes pour calmer son meilleur buteur.

« Un garçon comme Khazri me fait penser à Eric Di Méco. Lorsqu’il commençait à s’énerver, j’employais un langage assez cru : “Éric, tu commences à me casser les c…, joue au football, sinon…” Comme c’était un garçon intelligent, il revenait me voir en me disant : “J’ai compris.” Manuel Amoros, c’était pareil », a expliqué arbitre retraité dans Le Progrès.

« Il suffisait de quelques mots en espagnol pour me le mettre dans la poche. Eric Cantona aussi, il fallait savoir le prendre. Ne pas y aller en montrant les dents… », a recommandé Ramos.

« Jean-Louis Gasset a dû parler à Khazri. Mais c’est un impulsif. Alors, il faut le calmer par le dialogue. Lui dire qu’il a les moyens de bien jouer au football. Lui demander d’arrêter de réclamer des fautes ou de se rouler par terre », a-t-il conseillé dans le journal régional.

Afficher les commentaires