PSG - OM : Chants haineux, Boy de la Tour répond à Maracineanu

Nathalie Boy de la Tour lutte déjà contre les ambiances haineuses dans les stades

Choquée par les chants haineux des fans parisiens contre les Marseillais lors de PSG-OM (3-1), Maracineanu avait demandé à la LFP de prendre des mesures pour mettre fin aux ambiances haineuses dans les stades. Boy de la Tour a répondu que la Ligue s’y appliquait déjà, mais que ce n’était pas aussi facile que pourrait le croire l'ex-nageuse.

Nathalie Boy de la Tour évoque le combat de la Ligue contre les ambiances haineuses

Roxana Maracineanu était présente au Parc des Princes lors du dernier Classico. Mal lui en a pris. Elle semble avoir été traumatisée par les chants haineux qu’elle y a entendus de la bouche des milliers de supporters parisiens contre l’écurie olympienne. La ministre des Sports a alors demandé à la Ligue de prendre des mesures pour faire cesser ces ambiances haineuses dans les stades.

Réagissant à la demande de la membre du gourvernement, Nathalie Boy de la Tour a dit « croire beaucoup à la prévention et à la sensibilisation » pour faire cesser le phénomène. Mais que la ministre des Sports comprenne qu’il « faut y aller par étapes » et sache qu’ « il y a déjà énormément de choses qui sont réalisées par la LFP ». Elle a clairement cité les séances de sensibilisation dispensées la LFP dans les centres de formation et a annoncé une opération qui concernera tous les clubs professionnels, le 17 mai à la faveur de la journée mondiale contre l'homophobie.

Les sénateurs, à qui elle s’adressait à l’occasion de la signature d'une convention avec la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), ont pu entendre la présidente de la LFP dire également : « Les délégués de la LFP et les arbitres sont très concentrés sur le match. De temps en temps, il peut y avoir des propos homophobes ou racistes qui ne (leur) reviennent pas aux oreilles. » Une manière d’expliquer qu’il est très difficile de prendre quelqu’un en flagrant délit d’ambiance haineuse.

En somme, les ambiances haineuses dans les stades de football ont encore de beaux jours devant elles…