FC Nantes : Halilhodzic s’attend à un match physique à Toulouse

Vahid Halilhodzic, coach du FC Nantes Publié par ALEXIS le 05 avril 2019 à 18:45

Sortis en demi-finale de la Coupe de France par le PSG (3-0), Vahid Halilhodzic et le FC Nantes affrontent Toulouse FC, dimanche (15h). Le coach des Canaris n’est pas serein lors de ce déplacement au Stadium. Il redoute une équipe toulousaine très physique.

Halilhodzic, « on sait que ce sera un match physique à Toulouse ».

Le FC Nantes (15e, avec 31 points) se déplace sur el terrain de Toulouse FC (14e avec 32 points), lors de la 31e journée de Ligue 1. Battus par Reims (1-0) juste avant la trêve internationale, puis renversés par le LOSC (2-3) à la Beaujoire dimanche dernier, et éliminés en demi-finale de la Coupe de France par le Paris Saint-Germain, mercredi, les Canaris sont dans le dur.

Vahid Halilhodzic et son équipe se déplacent ce dimanche 7 avril (15h) au Stadium de la Ville Rose. Un voyage pour lequel le coach Franco-Bosnien a des appréhensions.

« On avait besoin d’avoir de la puissance sur le front de l'attaque parce qu'on sait que ce sera un match physique. A Toulouse, il y a plusieurs joueurs dépassent les 1m90, que ce soit offensivement ou défensivement. Ils ont des garçons très costauds et leur force, ce sont surtout les coups de pied arrêtés », a noté Coach Vahid en conférence de presse.

Vahid Halilhodzic craint Max-Alain Gradel.

Il se méfie également du capitaine des Violets qui porte quasiment l’équipe à bout de bras cette saison encore.

« Ce sera à nous de répondre présents dans ce match où il y aura une grande exigence physique. Il faudra également surveiller un joueur comme Max-Alain Gradel. Il réalise une super saison, marque et fait marquer les autres. C'est leur meilleur joueur et il porte cette équipe », a prévenu Halilhodzic.

Les Jaune et Vert ont certes 8 points d’avance sur le barragiste (le SM Caen), mais ils n’ont pas encore assuré leur maintien, à 8 journées de la fin du championnat.

« Il faut rapidement deux victoires pour se maintenir. Il faut rester lucide, réaliste et ne pas rêver. Évidemment, je préfère être dans notre position que celle des équipes après nous », a déclaré l’entraineur Franco-Bosnien du FCN.

Afficher les commentaires