OL : Départ de Genesio Ok, mais un autre remède proposé à Aulas !

Pierre Ducrocq (à gauche) propose une solution à l' OL pour rebondir.

Sous la pression des supporters de l’ OL, mais également après avoir été humilié par Jean-Michel Aulas, Bruno Genesio a décidé de s’en aller du club à l’issue de son contrat, en fin de saison. Mais est-ce la solution pour guérir pour longtemps le club rhodanien ? Pierre Ducrocq n’en est pas convaincu. Dès lors, il fait une proposition au patron des Gones.

Ducrocq, « Aulas doit prendre du recul et nommer un homme fort à l' OL ».

Jean-Michel Aulas est omniprésent et omnipotent à l’ OL. C’est l’homme à tout faire. Il gère tout et contrôle tout. Il est le tout puissant président, mais également le tout puisant patron de la communication et du recrutement. Évidemment, c’est lui qui signe le chéquier.

Mais c’est trop pour lui et à son âge (70 ans) selon Pierre Ducrocq qui lui conseille de nommer un bras droit fort, pour s’occuper du sportif. Une nomination à travers laquelle, le club pourrait trouver son salut si l’on en croit les explications du consultant de RMC.

« Cette saison est l’une des saisons qui aura été la plus dure pour Aulas à gérer sur le plan humain et du management. Et si cela doit servir à une chose, c’est que cela doit servir à basculer sur un autre type de gestion de son club.

Je pense réellement qu’il doit peut-être prendre un peu de recul et prendre un homme fort à la tête de son club même si je ne suis pas persuadé qu’il ait envie de ça, mais il aurait tout à gagner à prendre un peu de recul parce qu’il est très intelligent et qu’en prenant du recul, il verra peut-être plus de choses et qu’en prenant un homme fort sur le sportif…, je suis persuadé que ça marcherait beaucoup mieux », a-t-il laissé entendre sur la radio, dans des propos retranscrits par Foot Radio.

En effet, Ducrocq est parti du constat sur la communication autour de la prolongation ajournée de Bruno Genesio, le 2 avril dernier et sur les derniers résultats de Lyon éliminé en demi-finale de la Coupe de France par Rennes (2-3) et battu en Ligue 1 par le Dijon FCO (1-3) et le FC Nantes (2-1).