OM - Mercato : Tonnerre, McCourt a menacé les joueurs après Nantes

Frank McCourt pourrait bloquer le transfert de ses joueurs Publié par JOËL le 29 avril 2019 à 18:15

Frank McCourt était présent dans les tribunes du Vélodrome dimanche soir lors de la défaite de l’Olympique de Marseille contre le FC Nantes (1-2). Le moins qu’on puisse dire, c’est que le propriétaire du club marseillais n’a pas mâché ses mots pour faire savoir son agacement suite à cette défaite.

Frank McCourt menace de bloquer le transfert de ceux qui ont déjà la tête ailleurs

Frank McCourt était présent en début d’après-midi au Centre Robert Louis-Dreyfus où il était arrivé en hélicoptère. Il s’était entretenu avec le président Jacques-Henri Eyraud avant de s’adresser aux joueurs. Selon rmcsport, pour la toute première fois depuis son rachat de l’OM, le 16 octobre 2016, le discours de l’homme d’affaires américain à ses joueurs n’a pas été des plus tendres.

« Je suis très déçu de vos performances », a-t-il regretté avant de les exhorter : « Réagissez. Soyez vite à la hauteur de ce club, dignes de ce maillot avant de penser à votre avenir. »

Puis, Frank McCourt, qui n’ignore visiblement pas que certains joueurs ont déjà la tête ailleurs, a menacé : « Je peux aussi décider de ne pas vous laisser partir ailleurs, même en cas de belle proposition. »

Un discours qui n’a manifestement pas eu l’effet escompté. Car quelques heures plus tard, les hommes de Rudi Garcia se faisaient battre par les Nantais sous les yeux même du milliardaire bostonien.

Une défaite que l’ambiance dans les tribunes du Vélodrome a rendue encore plus pénible alors que les supporters du virage sud ont brandi des banderoles affichant « direction démission » et entonné des chants anti-Eyraud et anti-Garcia. Et ce n’était pas sans rappeler au propriétaire marseillais la même ambiance tendue lors d’OM-LOSC (1-2) de la 22e journée de Ligue 1…

Mais Frank McCourt, qui ne veut pas prendre de décision dans la précipitation, « fera le bilan avec ses équipes en fin de saison et prendra des décisions s’il le juge nécessaire », comme l’assure son entourage. Reste que l’Américain semble déçu, s’interroge sur les dépenses relatives au recrutement et est intrigué par les 25M€ et le gros salaire de Kevin Strootman alors que ce dernier moisit sur le banc des remplaçants.

Enfin, cette fois encore, Jacques-Henri Eyraud a échappé au courroux du boss américain qui continue à lui faire confiance, officiellement…

Afficher les commentaires