Nantes : Mort de Sala, révélations sur la responsabilité des Kita

Emiliano Sala, ex-buteur du FC Nantes mort en janvier 2019.

Avant la signature de son contrat à Cardiff City suivi de sa mort dans l’accident de l’avion qui le transportait au Pays de Galles, Emiliano Sala, ex-buteur du FC Nantes, a fait des confidences à l’un de ses proches, dans lequel il met Waldemar Kita en cause, au sujet de son départ forcé en Grande-Bretagne. Un témoignage révélé dans une enquête exclusive de la Chaîne L'Équipe.

Emiliano Sala évoque le mépris de Waldemar Kita (président du FC Nantes) en son encontre.

Emiliano Sala est mort dans le crash de l’avion qui le transportait, le 21 janvier 2019, alors qu’il avait quitté Nantes pour Cardiff, dans un petit appareil privé pour tourisme. Il avait précédemment fait l’objet d’un transfert du FC Nantes à Cardiff City, pour 17 M€.

Le patron des Canaris, notamment Waldemar Kita aurait forcé le meilleur buteur de son équipe à rejoindre le club gallois, alors que ce dernier ne voulait pas aller dans un championnat où il n’avait aucune certitude et dans un club au bord de la relégation et finalement relégué.

En exclusivité, la source révèle les confidences de Sala sur le patron du FC Nantes, à un proche avant sa mort, dans un documentaire.

« Hier soir, j'ai envoyé un message à Meïssa N’Diaye (son agent), il m'a appelé quelques heures plus tard. On a discuté et il m'a raconté qu'il avait parlé à Franck Kita. Eux (les dirigeants nantais) veulent me vendre. Il y a l'offre de Cardiff. Ils ont négocié pour gagner beaucoup d'argent. Donc ils veulent absolument que je parte là-bas.

C'est vrai que c'est un bon contrat, mais sportivement ce n'est pas intéressant pour moi. Voilà, ils essayent par tous les moyens que j'aille là-bas. Moi, je n'ai pas peur d'y aller, parce que j'ai bataillé toute ma carrière. Mais je me dis aussi que Meïssa doit me trouver quelque chose de mieux d'ici à la fin du mercato... », a confié Sala, dans un message vocal à un membre de son entourage, le 6 janvier.

L’Argentin décédé tragiquement insiste sur le désamour entre lui et Kita qui le méprisait depuis son arrivée au club.

« Meïssa, il a dit non à Cardiff, car il ne veut pas que j'aille là-bas. Il pense au sportif. Mais moi, j'en ai marre de ça. Je m'en fous d'être en position de force. C'est vrai que j'aimerais trouver quelque chose d'intéressant au niveau contractuel et sportif, mais, parfois, tu ne peux pas avoir les deux (…).

D'un autre côté, je ne veux pas parler avec Kita, je n'ai pas envie de m'énerver, c'est une personne qui me dégoûte quand elle est en face de moi. Lui, aujourd'hui, il veut me vendre à Cardiff, car il va rentrer l'argent qu'il veut.

Il ne m'a même pas demandé (mon avis), il ne s'intéresse qu'à l'argent. Voilà, aujourd'hui, on est comme ça, tout un bordel. Je ne sais pas... Je ne sais pas quoi faire...Personne ne (comprend) ce que je dois subir. C'est très dur, j'ai l'impression qu'il n'y a pas beaucoup de gens qui se mettent à ma place », a exprimé Emiliano Sala dépité.

Selon les informations du quotidien de sport, ce dernier percevait 50 000 € brut par mois. Mais suite à la demande du buteur qui exigeait une revalorisation, les responsables nantais ont décidé de lui verser « une prime mensuelle de 30 000 € en signe d'apaisement, début 2018 » jusqu’à la fin de saison 2017-2018.

Un mauvais traitement, tant sur « le plan affectif que financier » confirmé par la mère du joueur tragiquement disparu. « Il me parlait de ses relations avec le président (Kita). Il me disait qu'il n'était pas mis en valeur, qu'il n'était pas reconnu par la présidence », a confié Mercedes Taffarel, à la source.

Emiliano Sala forcé de partir du FC Nantes par le président du club.

À l’été dernier, Waldemar Kita aurait tenté en vain de vendre le joueur toujours indésirable sur les bords de l’Erdre, en Italie. Le journal national évoque des mandats de vente, « en date du 6 août 2018 à destination de trois clubs italiens, notamment la Lazio Rome, Udinese et Sampdoria ».

Finalement, le patron du FC Nantes annonce à Emiliano Sala, la nouvelle de son transfert à Cardiff City, le 13 janvier. « Waldemar Kita fait alors comprendre à son attaquant qu'il doit partir pour Cardiff, qui lui offre un salaire de 185 000 livres sterling (210 000 €) et des primes conséquentes. Un conseil bienveillant selon le dirigeant, un ultimatum aux yeux du joueur », indique le média.

Marie-Jeanne Munos, la compagne de Sala raconte qu’il « n’était pas spécialement enthousiaste de partir ». « Partir dans un pays où je ne connais pas la langue, d'autres coutumes, d'autres façons de travailler... », avait-il émis comme réserve.

La suite est connue, l’avant-centre de 28 ans est mort dans la nuit du lundi 21 janvier dans la Manche. Repêché dans le fond de la mer, il repose en Argentine précisément à Progreso, son village natal, depuis le 17 février 2019.