OM - Mercato : Succession de Garcia, le favori pose sa condition

L’ OM sait désormais comment attirer un favori à la succession de Garcia

Il ferait partie de la liste encore plus restreinte des trois noms parmi lesquels l’ OM choisirait finalement le successeur de Rudi Garcia. S’il n’est pas insensible à cet intérêt, il ne s’engagerait cependant pas à n’importe quel prix.

L’ OM désormais briefé sur la condition d’un favori à la succession de Rudi Garcia

L’ OM aurait une short-list de 10 noms pour remplacer Rudi Garcia. Mais 3 noms semblent véritablement retenir l’attention des recruteurs marseillais : Laurent Blanc, Gabriel Heinze et Claude Puel.

Le dernier cité s’est confié à Nice-Matin. L’ancien manager de Leicester City a commencé par dire ne pas être insensible au l’intérêt des clubs de Ligue 1, dont l’ OM, où il est annoncé. Même s’il n’exclut pas de se reposer aussi longtemps qu’il ne trouvera pas de projet qui lui convienne.

« L’OM? Saint-Etienne? Je n’en sais rien, ça passera par un projet », a expliqué Claude Puel avant de prévenir : « Je peux très bien prendre une année sabbatique aussi si je ne sens pas la bonne opportunité se présenter. »

En fait de « bonne opportunité », l’ex-entraîneur de l’ OL ne cache pas son « besoin d’être dans la compétition, la passion, d’être dans un projet », avant de donner plus de détails : « Mettre une politique sportive en place, faire avancer un club, avec toujours la perspective de jouer une Coupe d’Europe ou de s’y qualifier quelques temps après. »

Une vision qui devrait plaire à l’ OM, justement désireux de jouer les premiers rôles en Ligue 1 et en Europe. Alors, l’OM Champions Project et Claude Puel semblent d’autant faits pour s’entendre que ce dernier précise : « J’ai besoin de responsabilités. Dans un grand club, ou un club qui peut le devenir. »

Mais la partie est encore très loin d’être dans la poche pour les recruteurs olympiens. Car après être parti du banc des Foxe seulement en février dernier, l’ancien coach de l’OGC Nice n’écarte pas la possibilité de retrouver rapidement un banc étranger.

« J’ai bien aimé l’étranger, c’était une grosse remise en question », s’est félicité l’ex-technicien du LOSC avant d’ajouter : « Si j’ai une belle opportunité, j’aimerais bien découvrir l’Espagne. Une autre culture, un autre football me tenterait bien. »

Jacques-Henri Eyraud et son staff savent désormais comment convaincre le stratège de 57 ans.