Monaco - Mercato : Vadim Vasilyev défend le bilan de Thierry Henry

Vadim Vasilyev et Thierry Henry limogés de l'AS Monaco. Publié le 31 mai 2019 à 14:25

Limogé en février 2019 à la suite de Thierry Henry qu’il avait nommé entraineur de l’AS Monaco à la mi-octobre 2018 à la place de Leonardo Jardim, Vadim Vasilyev a défendu l’entraineur de 41 ans. Selon l’ancien vice-président Directeur général du club du Rocher, l’ancienne gloire Tricolore n’a pas eu assez de temps pour redresser la barre de l’équipe qui était décimée par les blessures à son arrivée.

Vasilyev, « ce n’était pas une erreur de prendre Thierry Henry à Monaco, c’était un choix que j’assume ».

Nommé à la place de Leonardo Jardim limogé, précisément le 13 octobre 2018, Thierry Henry avait enfoncé l’AS Monaco récupéré à la 18e place de barragiste, après 9 journées de Ligue 1.

Lors de la 21e journée, l’AS Monaco avait été sévèrement corrigé par le RC Strasbourg (1-5), au stade Louis-II et pointait à la 19e place de relégable. Du coup, le propriétaire du club Princier avait pris les choses en main, en virant le technicien français, le 24 janvier 2019.

Dmitry Rybolovlev avait ensuite fait revenir Jardim pour sauver le club menacé de descente aux enfers. Vadim Vasilyev avait également fait les frais des mauvais résultats de Thierry Henry (11 défaites, 5 nuls et 4 victoires). Ainsi, le tout puissant vice-président Directeur général avait été aussi limogé le 14 février 2019.

Trois mois après son départ de la tête de l’As Monaco, le Russe est revenu sur son « erreur ». « C’était une idée risquée et on le savait. Si Thierry Henry avait réussi, cela aurait été un truc incroyable et une magnifique histoire », a admis Vasilyev dans une interview dans L’Équipe, avant de voler au secours de l’ancien joueur d’Arsenal.

« On ne peut pas juger Thierry Henry sur le peu de temps (un peu plus de 3 mois) qu’il a passé à Monaco. Il a dû faire face à un concours de circonstances très défavorable. À ce moment-là, on était l’équipe qui avait le plus de joueurs blessés dans toute l’Europe. Il n’avait pas le choix pour faire son équipe. Il a dû envoyer des jeunes de l’Académie jouer leurs premiers matchs.

Et puis, vous avez vu, même avec tous les changements, Monaco a été en difficulté jusqu’à la fin et s’est sauvé à la dernière journée… », a soutenu l’ancien bras droit de Rybolovlev.

En tout cas, Vadim Vasilyev est catégorique, il assume son choix.

« Ce n’était pas une erreur de prendre Henry, c’était un choix que j’assume. C’est moi qui étais à l’initiative de cette décision qui avait été validée par le président. On avait tout analysé, les pour et les contre. C’était un enfant du club, une légende du football. On pensait qu’il pouvait dynamiser le groupe.

J’aurais aimé lui donner plus de temps, qu’il récupère les blessés et qu’il fasse au moins la demi-finale de la Coupe de la Ligue, à Guingamp. Il aurait peut-être pu gagner un ticket pour la Ligue Europa. Mais le président a fait son choix », a-t-il déclaré avec regret.

A noter que Leonardo Jardim a réussi à assurer le maintien de l'AS Moanco en Ligue 1, à la dernière journée, en finissant 17e du championnat.

Par ALEXIS