PSG, Real, Barça - Mercato : Tuchel répond au CUP pour Neymar.

Neymar veut quitter le PSG cet été, le Real et le Barça à l’affût.

Les envies de départ de Neymar, annoncé au Real Madrid ou au Barça, ne plaisent pas dans la capitale et les supporters du PSG l’ont fait comprendre lors de la victoire face à Nîmes. Thomas Tuchel, le coach des Rouges et Bleus, s’est prononcé sur cette situation.

Thomas Tuchel monte au créneau pour Neymar.

« Neymar, casse-toi », « Neymar hijo de puta (fils de p*** en espagnol) », « Se faire taper par une p*** n'arrive pas qu'en remontada, tu t'en souviens ? »… Dimanche soir, en clôture de la première journée de Ligue 1 contre le Nîmes Olympique, la réaction des supporters du PSG était très attendue après les dernières sorties de Neymar. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a été plutôt houleuse. C'est par des injures, des banderoles sans équivoque et des chants hostiles que le public du Parc des Princes a conspué le numéro 10 de l’équipe de Thomas Tuchel.

Par ailleurs, un tract a été distribué par les ultras des Parias Cohortis pour dénoncer l'attitude d'un joueur « aussi capricieux qu'outrancier, le joueur le plus mal élevé de l'histoire du PSG. » En peu de temps, ces insultes contre le joueur de 27 ans, en instance de départ, ont inondé la toile. Une montée de colère que comprend Thomas Tuchel, mais le, technicien allemand regrette les propos utilisés par les Ultras.

« C'est un peu difficile, je ne sais pas quoi dire. J'ai vu seulement maintenant sur le téléphone de mes collègues, je n'ai pas entendu pendant le match. Si je peux comprendre ? Oui et non. C'est comme ça dans notre vie maintenant. Les émotions sont graves et toujours là, mais d'un autre côté, il est toujours mon joueur et je protègerai toujours mes joueurs. Il est dans le vestiaire, il est là, c'est l'un de mes joueurs et je vais le protéger. Je peux comprendre que tout le monde n'aime pas ce qu'il a dit et fait mais on doit trouver un niveau pour exprimer notre émotion », a expliqué Tuchel en conférence de presse.

Reste maintenant à savoir comment va se terminer ce feuilleton.