PSG - Mercato : Le successeur d’ Al-Khelaïfi bientôt intronisé ?

Nasser Al-Khelaïfi président du PSG.

A la tête du Paris Saint- Germain depuis 2011 et le rachat du club parisien par le Qatar, Nasser Al-Khelaïfi serait-il en train de vivre ses derniers mois avec les Rouges et Bleus ? C’est une tendance qui dessine de plus en plus depuis le retour de Leonardo à la tête de la direction sportive du PSG.

Nasser Al-Khelaïfi remplacé à la présidence du PSG par un ancien judoka ?

« L'idée (du remplacement de Henrique par Leonardo) ne m'est pas venue un jour précis. La réflexion a petit à petit mûri pour finalement s'imposer. (...) Je me suis rendu compte que des changements étaient indispensables, sinon on allait nulle part. C'était le moment de changer. Tous les clubs, à un certain moment, ont d'ailleurs besoin de se donner un nouvel élan. (...) On ne pouvait plus continuer ainsi. On a tous manqué de caractère et d'autorité.

Moi, le premier, je le reconnais. Je ne veux pas fuir mes responsabilités. Je suis le premier coupable. Je ne veux pas me cacher ni reporter la faute sur les autres, les joueurs et le coach. Si ça n'a pas marché cette saison, c'est d'abord de ma faute. Mais ça va changer », déclarait Nasser Al-Khelaïfi en juin dernier dans une interview fleuve accordée à France Football.

Souvent critiqué pour son laxisme et le nombre de postes à responsabilité qu’il occupe, le président du PSG, s’efface de plus en plus depuis le retour de Leonardo. Et d’après les révélations du média Soccer Link, ce retrait d’Al-Khelaïfi pourrait être une manière pour lui de passer la main à une autre personne pour présider le Paris Saint-Germain. Et le choix de Doha pourrait être porté sur un ancien judoka, Djamel Bouras.

Très proche des autorités parisiennes de Doha, le président de la section judo du PSG s’impose aujourd’hui comme le président officieux des Rouges et Bleus alors que Nasser Al-Khelaïfi n’aurait presque plus de responsabilités au sein de la formation francilienne. Englué dans des problèmes judiciaires, l’homme d’affaires qatarien s’efface à la demande de Doha afin de préparer au mieux sa défense dans sa supposée implication dans l’affaire de corruption pour l’attribution des Championnats du monde d’athlétisme.

A suivre donc…