OM : Surprise, Eyraud évoque déjà une première satisfaction

OM : Eyraud tresse des lauriers à Mandanda

Jacques-Henri Eyraud a accordé une interview à L’Equipe. L’occasion pour le président de l’ OM se féliciter particulièrement des prestations d’un cadre de l’effectif marseillais.

OM : Jacques-Henri Eyraud tire son chapeau à Steve Mandanda

C’est un véritable honneur qu’a reçu Steve Mandanda de la part de Jacques-Henri Eyraud. C’est vrai qu’en dépit des difficultés actuelles de l’ OM (4 matches de rang sans victoire à raison de 3 nuls et d’1 défaite), le gardien de 34 ans échappe à toute critique. Mieux, il est celui dont les prouesses ont évité à l’ OM une situation bien plus grave.

Pour Jacques-Henri Eyraud, le retour en forme de Steve Mandanda en ce début de saison ne pouvait d’autant pas laisser indifférent qu’il avait été fort critiqué la saison dernière alors qu’il était franchement en perte de vitesse.

« Quelle belle histoire. Quand on voit la façon dont il a été traité ici ou là, parce qu'il a connu, comme tous les joueurs, des hauts et des bas. Ce n'est pas une revanche pour lui, je crois, il n'a jamais utilisé ce mot-là, mais je suis particulièrement heureux de voir à quel point il est au plus haut niveau aujourd'hui », a déclaré le président olympien.

Un retour en forme salvateur pas seulement pour l’ OM, mais également pour l’équipe de FranceSteve Mandanda devient N°1 suite à la l’indisponibilité de Hugo Lloris jusqu’en janvier.

« C'est excellent pour lui, pour l'OM, mais pour l'équipe de France d'abord d'avoir un gardien de cette qualité qui officiera lors des deux prochaines rencontres », a ajouté Jacques-Henri Eyraud.

Mais comment Steve Mandanda est-il parvenu à remonter la pente après une saison dernière vraiment compliquée et à 34 ans bien comptés ? « C'est lié à beaucoup de travail, beaucoup de détermination, un caractère exceptionnel, il ne lâche jamais rien. Il est fidèle à la façon dont on doit réagir, se remettre en question, parfois, quand on est joueur de l'OM. C'est ce qu'il a fait », a répondu Jacques-Henri Eyraud.

Et le dirigeant olympien de conclure : « Bravo à lui d'avoir su négocier ce virage et d'être là où il est, mais il a encore beaucoup de choses à nous montrer. »

On n’attend plus que Steve Mandanda nous montre ces « beaucoup de choses »…