PSG - OM : Ménès conseille de ne plus parler de Classico

Pierre Ménès ne veut plus entendre parler de Classico PSG-OM

Le PSG a écrabouillé l’ OM (4-0) dimanche en clôture de la 11e journée de Ligue 1. Une défaite ou une victoire, c'est selon le camp où l'on se trouve, que Pierre Ménès explique par les mauvais choix tactiques d’ André Villas-Boas et la rapidité d’exécution des Parisiens.

Pierre Ménès dénonce les choix tactiques d' André Villas-Boas face au PSG

André Villas-Boas, qui avait déclaré que les Marseillais n’avaient aucune chance de battre les Parisiens, crayait toutefois pouvoir surprendre ces derniers en les pressant très haut. Une stratégie qui a donné l’impression de marcher alors qu’elle aurait pu permettre à Dario Benedetto puis à Valère Germain d’ouvrir le score.

« Villas-Boas avait un peu annoncé la couleur dans ses déclarations mais il a choisi une stratégie un peu étrange, consistant à aller chercher très haut les Parisiens. Cela a pas trop mal marché en début de match. Benedetto a raté une occasion de se mettre en position de frappe et Germain n’a pas cadré sa reprise sur un centre en retrait de Payet », a rappelé Pierre Ménès sur son blog.

Mais l’entraîneur de l’ OM s’était trompé et a payé cash cette erreur avec les doublés de Mauro Icardi puis de Kylian Mbappé dès la première période de jeu.

« Les Marseillais se sont-ils alors dit qu’ils avaient choisi la bonne formule ? », s'est interrogé le journaliste de Canal+ avant de répondre : « Toujours est-il que, lorsque tu évolues aussi haut sur le terrain face au PSG, dont la sortie et la remontée de balle sont un modèle du genre, tu t’exposes. »

Pierre Ménès invoque la rapidité d'exécution des joueurs du PSG

Mais il n’y avait pas que les mauvais choix tactiques d’ André Villas-Boas pour expliquer la déculottée de l’ OM. Il y avait également l’efficacité et la rapidité d’exécution des joueurs du PSG.

« Et cela va tellement vite devant côté parisien, que l’OM s’est fait éclater dans tous les sens, encaissant quatre buts en 35 minutes », a expliqué le célèbre confrère.

La seconde période a été terne. Pour Pierre Ménès, cela s'explique par le fait que l' OM avait revu ses choix tactiques et que le PSG ne vouliat plus forcer.

« A la mi-temps, la messe était dite et le second acte a malheureusement ressemblé à un match amical sans intérêt. AVB a stoppé sa tactique suicidaire pour mettre en place un 4-4-2 avec deux lignes plus compactes. Et le PSG n’a pas non plus cherché à accélérer... », a expliqué le consultant.

Pierre Ménès donne un conseil qui fâche

Enfin, pour Pierre Ménès, il ne faut plus parler de Classico, la supériorité du PSG étant écrasante du fait de son budget quasi illimité et de la richesse de son effectif.

« Maintenant voilà, l’écart est tellement abyssal aujourd’hui entre les deux équipes – ce qui redisons-le est tout à fait normal vu la différence de budget et d’effectif – qu’on ne peut plus vraiment parler de Classico », a-t-il estimé.

Pas sûr que les supporters des deux clubs et la presse ne parleront plus de Classico...

Par JOËL
Publié le 29 octobre 2019 à 01:06 | mis à jour le 29 octobre 2019 à 01:06

Facebook
Twitter
email
Whatsapp