OM : Cris racistes contre Balotelli, Marseille prend position

Victime de cris racistes, Mario Balotelli soutenu par l’ OM

Victime de cris racistes dimanche lors du match entre le Hellas Vérone et Brescia (2-1), Mario Balotelli a été proche de quitter le terrain. L’ OM a pris fait et cause pour son ancien buteur.

L’ OM apporte son soutien à Mario Balotelli contre les cris racistes

Il n’en est pas à son premier désagrément du genre. Mais cette fois, Mario Balotelli voulait quitter le terrain. Après une action sur l’aile gauche, l’ancien attaquant de l’ OM avait d’abord pris le ballon et l’a lancé de toutes ses forces en direction des supporters du Hellas Vérone, peu avant l’heure de jeu.

Sorti en colère de la pelouse et marchant derrière les cages du Hellas Vérone, Mario Balotelli a donné l’impression de vouloir quitter le terrain, avant que ses coéquipiers et des joueurs véronais ne viennent l’entourer et le calmer

Bien que le match a été interrompu quelques minutes. Le speaker du stade a alors prévenu que la rencontre serait définitivement arrêtée si les mêmes incidents se reproduisaient. Un message sifflé par une frange importante des spectateurs. Ce qui n’a pas empêché la rencontre de reprendre et d’arriver à son terme, avec Mario Balotelli qui même été l’auteur d’un superbe but pour la réduction du score à 2-1.

L’ancien de l’ OM n’a ensuite pas manqué de poster sur Instagram un message où il remercie ses « collègues sur le terrain et les autres pour la solidarité » qu'ils lui ont témoignée et les tifosi pour leurs messages.

« Merci de tout coeur. Vous avez montré que vous étiez de vrais hommes, pas comme ceux qui nient l’évidence », a posté Mario Balotelli.

Pour sa part, l’ OM n’est pas resté indifférent face à cette situation. Apportant son soutien à son ancien joueur, l’ Olympique de Marseille a posté un tweet : « Pas de place pour le racisme. Soutien à Mario Balotelli. »

Des cris de singes que dément pourtant Ivan Juric. Interrogé par Sky après la rencontre, l’entraîneur du Hellas Vérone a juré ses grands dieux qu’il ne s’était « rien passé ».

« Je n’ai pas peur de le dire, aujourd’hui il ne s’est rien passé. Aucun cri raciste, rien de rien. Juste du chambrage, des sifflets, de la provocation envers un grand joueur, c’est tout », a exactement déclaré le technicien croate.

Même son de cloche du côté de Federico Sboarina qui était présent au stade. Après n’avoir « rien entendu », le maire de Vérone a chargé l’ancien joueur de l’ OM auprès de l’agence Ansa en accusant : « Ce qu’a fait Balotelli est inexplicable. Sans aucune raison, il a cloué au pilori médiatique un public et une ville. »

L’entraîneur Ivan Juric et le maire Federico Sboarina savent pourtant que les cris de singe sont courants dans les stade italiens…





Par JOËL
Publié le 04 novembre 2019 à 10:05 | mis à jour le 04 novembre 2019 à 10:05

Facebook
Twitter
email
Whatsapp